Marie est notre avocate au Ciel, affirme le pape

Benoît XVI se rend place d’Espagne en cette solennité de l’Immaculée Conception

| 2015 clics

ROME, Mercredi 8 décembre 2010 (ZENIT.org) - La Vierge est notre « avocate » au ciel et « même si tout le monde parlait mal de nous », a affirmé Benoît XVI, Marie, elle, « dirait du bien parce que son cœur immaculé est en harmonie avec la miséricorde de Dieu ».

Comme le veut la tradition en cette fête de l'Immaculée Conception, le pape s'est rendu place d'Espagne, à Rome, dans l'après-midi de ce mercredi pour rendre hommage à la Vierge et fleurir la statue de Marie qui se dresse en haut d'une haute colonne. 

Benoît XVI a été accueilli sur place par le cardinal Agostino Vallini, vicaire du pape pour le diocèse de Rome et par le maire de Rome, Gianni Alemanno.

Devant la foule nombreuse réunie sur la célèbre place d'Espagne, le pape a invité les fidèles à offrir leur prière à Marie et à la remercier « pour le don de la foi et pour le bien que nous recevons quotidiennement de Dieu ». Il a aussi invité à lui confier nos « besoins divers, la famille, la santé, le travail et toute difficulté que la vie nous apporte ».

« Mais quand nous venons ici, spécialement en cette fête du 8 décembre, ce que nous recevons de Marie est beaucoup plus important que ce que nous lui offrons », a expliqué le pape. « Elle nous donne en effet un message destiné à chacun de nous, à la ville de Rome et au monde entier ».

Que nous dit Marie ? « Elle nous parle avec la Parole de Dieu qui s'est faite chair en son sein. Son ‘message' n'est autre que Jésus, Lui qui est toute sa vie ».

« Marie nous dit que nous sommes tous appelés à nous ouvrir à l'action de l'Esprit Saint pour pouvoir arriver, dans notre destin final, à être immaculés, pleinement et définitivement libres du mal », a ajouté le pape. « Elle nous le dit par sa sainteté même, par un regard plein d'espérance et de compassion ».

« Le regard de Marie est le regard de Dieu sur chacun » de nous, a encore affirmé le pape. « Elle nous regarde avec l'amour même du père et nous bénit. Elle se comporte comme notre ‘avocate' ». « Même si tout le monde parlait mal de nous, elle, la Mère, dirait du bien parce que son cœur immaculé est en harmonie avec la miséricorde de Dieu ».

Marie s'adresse à tous, aux habitants de Rome et du monde entier. Elle ne voit pas la ville « comme un agglomérat anonyme mais comme une constellation où Dieu connaît chacun personnellement par son nom, un par un, et nous appelle à resplendir de sa lumière ».

Le message de Marie est « un message de confiance pour chaque personne ». « Un message d'espérance qui n'est pas fait de parole mais de son histoire même : elle, une femme de notre lignée, qui a donné jour au fils de Dieu et a partagé son existence avec Lui ! ». 

Et aujourd'hui, affirme Benoît XVI, elle nous dit : « c'est aussi ton destin, le vôtre, le destin de tous : être saints comme notre Père, être immaculés comme notre frère Jésus Christ, être des enfants aimés, tous adoptés pour former une grande famille, sans frontière de nationalité, de couleur, de langue, parce qu'il n'y a qu'un seul Dieu, Père de tout homme ». 

« Merci, ô Mère Immaculée, d'être toujours avec nous ! », a poursuivi le pape. « Veille toujours sur notre ville : réconforte les malades, encourage les jeunes, soutiens les familles. Répands la force pour rejeter le mal, dans toutes ses formes, et pour choisir le bien, même quand cela coûte et comporte d'aller à contre-courant ».

Marine Soreau