Marie, « Etoile de l'évangélisation », par le P. Cantalamessa

Deuxième prédication de l'Avent au Vatican

| 2633 clics

ROME, vendredi 9 décembre 2011 (ZENIT.org) – Marie est « l’Etoile de l’évangélisation », explique le P. Cantalamessa, dans le cadre de ses méditations de l’Avent 2011 sur la nouvelle évangélisation.

« La deuxième grande vague évangélisatrice après les invasions barbares » : c’est le thème de la deuxième prédication du P. Raniero Cantalamessa, ofmcap, prédicateur de la Maison pontificale pour l’Avent 2011. Le P. Cantalamessa a donné cette méditation ce vendredi matin, 9 décembre, en la chapelle "Redemptoris Mater" du Vatican, en présence de Benoît XVI (cf. Ci-dessous, in « Documents », le texte intégral en français).

Tenant cette deuxième prédication au lendemain de la solennité de l’Immaculée Conception, le P. Cantalamessa a conclu sur Marie, « Etoile de l’évangélisation », une expression de Paul VI qui disait, dans « Evangelii nuntiandi » : « Au matin de la Pentecôte, elle a présidé dans la prière au début de l'évangélisation sous l'action de l'Esprit Saint. Qu’elle soit l’Etoile de l’évangélisation toujours renouvelée que l’Église, docile au mandat de son Seigneur, doit promouvoir et accomplir, surtout en ces temps difficiles mais pleins d’espérance!”

P. Cantalamessa cite cet épisode : « Un jour, dans un dialogue œcuménique, un frère protestant m’a demandé, mais sans polémique, uniquement pour comprendre: « Pourquoi vous, les catholiques, dites-vous que Marie est « l’Etoile de l’évangélisation »? Qu’a fait Marie pour mériter un tel titre? ». Cette question a été pour moi l’occasion de réfléchir à la chose et je n’ai pas tardé à en trouver la raison profonde. Marie est l’Etoile de l’évangélisation car elle a porté la Parole, non pas à tel ou tel peuple, mais au monde entier! «

« Mais pas seulement pour ça, ajoute-t-il. Marie portait la Parole dans son sein, non sur ses lèvres. Elle était comblée, physiquement aussi, du Christ et le faisait rayonner par sa seule présence. Jésus émanait de ses yeux, de son visage, de toute sa personne. Quand quelqu’un se parfume, il n’a pas besoin de le dire, il suffit d’être à côté de lui pour s’en rendre compte, et Marie, surtout dans la période où elle le portait dans son sein, était pleine du parfum de Jésus-Christ. »
Le prédicateur fait observer en même temps que « Marie a inauguré dans l’Eglise cette seconde âme, ou vocation, qui est l’âme cachée et orante, à côté de l’âme apostolique ou active ».

Décrivant l’icône traditionnelle de l’Ascension, qui est représentée sur le mur droit de cette chapelle Redemptoris Mater, il fait observer l’attitude de Marie : « Marie est debout, les bras ouverts, dans une attitude de prière. Autour d’elle, les apôtres, tous levant un pied ou une main, autrement dit en mouvement, représentent l’Eglise active qui va en mission, qui parle et agit. Marie est immobile, au-dessous de Jésus, à l’endroit même où il est monté au Ciel, comme pour entretenir son souvenir et l’attente de son retour. »

Nous avons publié vendredi dernier, 2 décembre, la première prédication sur le thème : « Allez dans le monde entier. La première vague d’évangélisation » (cf. Zenit du 2 décembre 2011).

"En réponse au Souverain pontife qui appelle à de nouveaux efforts d’évangélisation et en préparation du Synode des évêques de 2012 sur le sujet, je me propose de déterminer, dans ces médiations de l’Avent, quatre vagues de nouvelle évangélisation, soit quatre moments qui, dans l’histoire de l’Eglise, ont été marqués par une accélération ou une reprise de l’engagement missionnaire", avait annoncé le prédicateur.


ASB