Marthe Robin: raviver la foi sous les cendres

"Un sens extraordinaire de l'action de Dieu"

Rome, (Zenit.org) | 1241 clics

"Certains croient qu'ils n'ont plus la foi, mais ils l'ont sous des cendres. Il faut souffler pour raviver la flamme", disait Marthe Robin, dont on fête la naissance au ciel ce 6 février (1902-1981).

D’après le P. Bernard Peyrous, postulateur de sa cause de béatification, Marthe Robin « était indiscutablement une « femme de foi » : elle avait un sens extraordinaire de l’action de Dieu dans les âmes, dans l’Eglise, dans le monde ».

Raviver la foi sous les cendres

Pourquoi Marthe a-t-elle un tel rayonnement aujourd’hui ? Alors que l’on constate une « crise » dans le monde occidental où l’homme s’éloigne de Dieu et où « la foi est assimilée à une idéologie, une création de la pensée », Marthe offre un témoignage « d’expérience de vie », répond le P. Peyrous.

En effet, elle « n’a pas fait de théories sur l’homme et sur Dieu ». Elle a vécu et témoigné de ce qu’elle vivait, non par ses paroles, mais par ses actes et son don à Dieu et aux autres. On ne discute pas une expérience. Aux théories, elle oppose simplement sa vie ».

« A un monde malade de ses idées, elle propose comme remède la simplicité de sa vie ». Elle témoigne que « la vie est d’abord la vie intérieure. Dans un monde agité, elle a montré que la fécondité venait du dedans et non de la réussite en puissance ou en argent (…). La fécondité vient d’abord de la beauté de la relation personnelle avec Dieu ».

Marthe a aussi une « vision belle et positive du monde et de la vie », elle est « le triomphe de la petitesse » : partie de « très bas, dans un milieu non porteur, une santé délabrée, pas d’amis, pas d’études, pas de conseillers », elle a « magnifiquement réussi sa vie », et « changé l’existence de milliers de personnes ».

Cultiver la foi par la prière

Au fond, Marthe Robin montre que « toute vie peut être réussie », grâce à la bonté de Dieu, et cela d’abord en vertu du baptême : selon ses paroles, « Foi, espérance, charité sont données au baptême. Il faut cultiver ce don par la prière. On ne croit plus quand on ne prie plus. »

« La foi est un don de Dieu, on ne se donne pas la foi, on la demande... », rappelait aussi Marthe.

Pour Marthe, la foi faisait partie du parcours du croyant sur terre :
"Chercher Dieu c'est la foi...
le trouver, c'est l'espérance...
le connaître, c'est l'amour...
le sentir, c'est la paix...
le goûter, c'est la joie...
le posséder, c'est l'ivresse...."

La « positio », résumé du procès de béatification de Marthe, a été signé à Rome en mai 2010.

D’après l’ouvrage « Vie de Marthe Robin », du P. Bernard Peyrous, éditions de l’Emmanuel/éditions Foyer de Charité.