Médecine: Abaisser le prix des médicaments de base

Accès aux médicaments, propriété intellectuelle et solidarité

| 291 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 24 juin 2001 (ZENIT.org) - Le Saint-Siège préconise d´abaisser le prix des médicaments de base indispensables aux populations défavorisées et de financer la recherche en revanche par les profits tirés de la vente des cosmétiques. Il invoque "le droit de tous à la santé" au nom des Droits de l´Homme.



Une réunion du Conseil sur les Droits de propriété intellectuelle dans le domaine commercial (ADPIC) de l´Organisation mondiale du Commerce (OMC) s´est tenue du 18 au 22 juin à Genève. Mercredi 20 juin, les travaux ont été consacrés à la propriété intellectuelle et à l´accès aux médicaments de base. Mgr Diarmuid Martin, Observateur permanent du Saint- Siège près l´OMC, a remis aux Membres une Note consacrée à ce sujet.

Le Saint-Siège préconise "l´entrée en vigueur d´un système innovateur de prix différenciés", dans lequel "on pourrait renchérir les produits de luxe ou non essentiels, comme les cosmétiques, en faisant peser sur leur prix le poids de la recherche et de la fabrication des médicaments essentiels".

Cette Note rappelle qu´au nombre des maladies dominantes on compte aujourd´hui le SIDA, "qui représente un désastre mondial d´amplitude dramatique". "Dans beaucoup de pays les plus pauvres, l´absence de médicaments conjuguée à la faiblesse des structures sanitaires, empêche une réponse adaptée aux besoins de la santé publique", constatait Mgr Martin.

En effet, disait Mgr Martin, "la disponibilité des médicaments n´est pas le seul aspect de l´accès à la santé", et parmi les facteurs en cause, il soulignait le prix des médicaments. "Un prix accessible doit demeurer un facteur fondamental", disait le représentant du Saint-Siège.

Le coût élevé des nouveaux médicaments semble en partie déterminé "par le coût de la recherche ", reconnaissait Mgr Martin. Mais il affirmait en même temps qu´il "n´est pas possible de justifier au plan éthique la logique de la fixation du prix majoré en vue de maintenir et renforcer cette même recherche, sans prendre en considération les facteurs sociaux fondamentaux".

En cause également, le "droit de propriété intellectuelle". Le Saint-Siège estime en effet qu´au sein "d´un système de libre échange, les droits de propriété intellectuelle constituent un régime de monopole exceptionnel". Ce type de monopole au service du profit est un abus aux yeux du représentant du Saint-Siège qui invite à reconnaître "le droit de tous à la santé" au nom des Droits de l´Homme.

La Note suggère encore que "lorsqu´il s´agit de médicaments, les responsables des institutions scientifiques, maisons pharmaceutiques et gouvernements des pays développés unissent leurs efforts pour garantir un abaissement substantiel du prix des médicaments d´urgence, surtout dans les pays en voie de développement ou les plus endettés (PPME). Il conviendrait aussi d´adopter une plus grande ouverture et flexibilité, équitable dans la concession des licences d´importation, de production et distribution des médicaments de base. Il ne faudrait pas créer des obstacles à la production nationale de médicaments dans les pays tiers".