Méditations sur la « Réparation » (suite), par le P. Sean Davidson

Heure Sainte, Paray-le-Monial, jeudi 6 mars 2014

Paray-le-Monial, (Zenit.org) Chapelains du sanctuaire | 485 clics

Heure Sainte

Paray-le-Monial, Jeudi 6 mars 2014

Avec des méditations sur la « Réparation » (suite), écrites par le Père Sean Davidson,

membre des Missionnaires de la Très Sainte Eucharistie,

Basilique de Sainte Marie Madeleine à St Maximin.

Exposition du Saint-Sacrement

Chant :

Seigneur Jésus, tu es présent  dans ton Eucharistie.  Dans cette hostie nous t’adorons et nous te magnifions.

Toi qui es Dieu, toi qui es roi, tu nous as tout donné. Tu es le Christ, tu es l’Agneau  Immolé sur la croix.

Dans ta passion tu as porté chacun de nos péchés. Ton sang versé nous a lavés et nous a rachetés.

I- « le Seigneur Jésus, la nuit où il était livré, prit du pain et, après avoir rendu grâce, le rompit et dit: "Ceci est mon corps, qui est pour vous; faites ceci en mémoire de moi." De même, après le repas, il prit la coupe, en disant: "Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang; chaque fois que vous en boirez, faites-le en mémoire de moi." Chaque fois en effet que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. » (1ère Lettre de St Paul aux Corinthiens)

Dans l’Eucharistie, le Christ est réellement présent dans sa sainte humanité. Son Cœur vivant est là. Il bat et brûle d’un amour inimaginable pour chacun de nous. Mais ce Cœur est sensible aussi à notre amour ou à nos manques d’amour. Le moindre geste de bonne volonté et de foi envers lui touche profondément son Sacré Cœur. Quelle joie pour nous de penser que lorsque Jésus Eucharistie jette un regard miséricordieux sur ce monde égaré avec son poids infini de péché, quand il se dit à nouveau : « J’espérais un secours, mais en vain, des consolateurs, je n’en ai pas trouvé », alors en regardant les chapelles d’adoration eucharistique, il peut se dire « Maintenant j’en ai trouvé ». Jour et nuit, des cœurs fidèles se tiennent devant Jésus pour réparer leurs propres péchés et ceux du monde entier. Une fois le curé d’Ars a dit que lorsque le Seigneur eucharistique voit devant lui des âmes pures qui veulent faire la Réparation, il sourit. Quand il voit notre amour, il oublie les péchés du monde.

Oui une crise profonde secoue l’Eglise et le monde, mais l’Esprit Saint nous fait comprendre le remède. Lorsque l’Eglise entière sera prosternée dans une belle chaine de prière, de louange, d’adoration et de Réparation eucharistique, alors le Christ libèrera sa puissance pour purifier le monde et transformer son Eglise de nouveau. Ce printemps eucharistique que nous constatons partout est nécessaire pour remporter le combat spirituel dans laquelle notre époque est engagée et pour enrayer le mal. Mais de même que la Résurrection suit la Croix, de même ce printemps eucharistique va renouveler entièrement l’Eglise. Là où Jésus est aimé dans l’Eucharistie, nous constatons déjà les prémices du renouveau catholique. (Sean Davidson)

Prière

Cœur sacré de Jésus, présent dans le Saint Sacrement, nous t’adorons et te rendons grâces pour cet Amour qui t’a poussé à venir nous rejoindre jusqu’à l’intime de nos cœurs. Et nous adorons ta Sainte Humilité qui fait que tu te laisses consoler et toucher par notre si pauvre amour. Sois béni, Toi qui règnes pour les siècles.

Silence

Chant :

R- Dieu a tant aimé le monde  qu’il nous a donné son Fils, non pour juger mais sauver le monde ; qui croit en Lui recevra la vie.

Je suis le pain de vie. Qui mangera de ce pain vivra à jamais. Qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi et moi en lui.

II- Jésus enseignait dans la Synagogue de Capharnaüm : « "Je suis le pain de vie. Vos pères, dans le désert, ont mangé la manne et sont morts ; ce pain est celui qui descend du ciel pour qu'on le mange et ne meure pas. Je suis le pain vivant, descendu du ciel. Qui mangera ce pain vivra à jamais. Et même, le pain que je donnerai, c'est ma chair pour la vie du monde. (…) En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et ne buvez son sang, vous n'aurez pas la vie en vous. Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson. Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé et que je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Voici le pain descendu du ciel ; il n'est pas comme celui qu'ont mangé les pères et ils sont morts ; qui mange ce pain vivra à jamais." » (Jean 6)

L’Eucharistie a la puissance de nous transformer et de transformer le monde entier. Sur la Croix, il y a 2000 ans, Jésus a déclenché une chaine de transformations radicales. Dans son Sacré Cœur transpercé, il a transformé la haine en amour, la violence en salut, le péché en grâce et la mort en vie éternelle. Ce qu’il a fait sur la Croix pour l’humanité entière, il l’accomplit pour chaque âme à travers le mystère eucharistique. Ces transformations radicales se propagent dans le monde à travers l’Eucharistie. Quand nous sommes à la Messe et dans l’adoration, le mal que nous avons fait est réparé. Si nous sommes bien disposés, nous sommes transformés par la puissance eucharistique. Nos blessures sont guéries, nos échecs deviennent des succès, nos péchés sont changés en sainteté. Devant l’Eucharistie, les lâches deviennent des apôtres ardents, les chrétiens tièdes commencent à bruler de zèle et les âmes égoïstes deviennent des fournaises de charité. Pauline-Marie Jaricot nous éclaire dans sa belle prière à Jésus : « C’est au pied de vos saints tabernacles que mon cœur desséché par les plus rudes épreuves, a constamment trouvé les forces nécessaires pour en supporter la rigueur ; c’est là que mes combats se sont changés en victoires, ma faiblesse en courage, mes tiédeurs en ferveur, mes incertitudes en lumières, ma tristesse en joie, mes obstacles en succès, mes désirs en volonté, mes antipathies, mes jalousies, mes ressentiments contre le prochain en ardente charité. Tout ce que je sais, je l’ai appris à vos pieds, Seigneur. » (Sean Davidson)

Prière

Cœur sacré de Jésus, nous pouvons, grâce à la foi de l’Eglise et des saints qui ont été les amis privilégiés de ton Eucharistie, « entendre presque les battements de ton Cœur » (Jean-Paul II) ; donne nous de t’ouvrir toujours plus la porte de notre cœur, pour que tu puisses venir prendre ton « repas avec nous » (cf. Apocalypse 3). Nous t’adorons dans ta Présence au Saint Sacrement, Toi qui règnes pour les siècles. 

Silence

Chant :

Je suis le bon pasteur. Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. Je donne ma vie pour mes brebis, et nul ne les arrachera de ma main.

R- Dieu a tant aimé le monde  qu’il nous a donné son Fils, non pour juger mais sauver le monde ; qui croit en Lui recevra la vie.

III- « "Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger." » (Matthieu 11)

[Témoignage d’un adorateur, rapporté par le père Davidson] : « Jésus nous enseigne dans l’adoration qui nous sommes et ce que nous devons faire de notre vie. Il y a quelques années j’ai fait une expérience puissante de ce genre d’enseignement mystérieux que Jésus nous donne dans l’adoration. Une fois j’étais en train de l’adorer juste après la Messe quand il a mis dans mon esprit un évènement qui s’était passé dans ma vie plusieurs années auparavant. J’avais vingt ans et je venais de confesser mes péchés. Le prêtre m’avait donné un conseil par rapport au péché que je venais de confesser. Malheureusement à cause d’un attachement à ce péché, j’ai choisi de ne pas suivre le conseil du prêtre. J’ai alors constaté que dans ma vie et dans celle de ceux qui m’entouraient, il y avait des conséquences… Pendant plus de 6 ans j’étais sous l’emprise de ce péché, jusqu’au moment où, grâce à la miséricorde de Dieu, je m’en suis repenti. C’était pendant un temps d’adoration que le Seigneur m’a rappelé cette époque de ma vie. Il m’a montré le péché, sa cause et ses effets sur ma vie et sur la vie des autres. Il m’a montré son intervention par le moyen de sa grâce et ma réponse à cette grâce. Ma réponse a été de me convertir, de me tourner vers lui et ayant découvert sa présence dans l’Eucharistie de commencer à l’aimer à travers l’adoration eucharistique. Il m’a montré que grâce à ma réponse, il a pu réparer les effets de mes péchés dans ma vie et dans la vie des autres personnes. C’était un bel enseignement que Jésus a révélé à mon âme quand j’étais devant Lui dans l’adoration. » (Sean Davidson)

Prière

Jésus, doux et humble de cœur, rends nos cœurs semblables au Tien. Communique-nous les sentiments de ton Cœur afin que nous puissions marcher toujours sur la route de la Sainteté et de la Vérité… la route que nous voudrions prendre pour consoler ton Cœur si souvent abreuvé d’amertume. Nous te le demandons à Toi qui règnes pour les siècles.

Silence

Chant :

Du mal perfide, oh, garde-moi, sois seul mon guide, chef de ma foi. Et quand la nuit voile tout à mes yeux, sois mon étoile, brille des cieux.

R- Source de vie, de paix, d’amour, vers toi je crie, la nuit et le jour, guide mon âme, sois mon soutien, remplis ma vie, toi mon seul bien.

Tantum ergo – Bénédiction du Saint Sacrement – Louanges divines – Salve Regina

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chants tirés du carnet Il est vivant (A.V.M. - 71600 Paray-le-Monial)