« Mère Teresa était un miracle pour le monde »

Par Mary Prema, supérieure générale des Missionnaires de la Charité

| 1633 clics

ROME, Mardi 24 août (ZENIT.org) - Se mettre à l'écoute de Jésus et se confier à la Providence : voilà les enseignements laissés par Mère Teresa aux Missionnaires de la Charité, l'Ordre qu'elle a fondé à Calcutta et qui s'est étendu dans les bidonvilles du monde pour aider les personnes malades et déshéritées.

C'est ce qu'a affirmé sœur Mary Prema, d'origine allemande, aujourd'hui supérieure générale des Missionnaires de la Charité, dans une interview à l'agence Fides, à quelques jours du centenaire de la naissance de Mère Teresa, le 26 août prochain.

« Mère Teresa - a-t-elle raconté - désirait que tous connaissent et aiment Jésus. Elle était convaincue que chaque âme désirait le salut en Jésus, qu'elle en soit consciente ou non. Mais l'œuvre de la conversion reste une œuvre de Dieu. Ce n'est pas notre travail. Seul Dieu peut convertir l'âme ».

« Mère Teresa - a-t-elle ajouté - entendait sa propre vie comme le devoir d'aimer Jésus et de transmettre cet amour aux personnes qui l'entouraient. C'était son unique objectif. Elle cherchait à faire en conscience uniquement ce qu'elle pensait que Dieu attendait d'elle ».

La bienheureuse sentait avoir été « appelée à accomplir un service authentique et désintéressé à l'homme, à avoir une attention absolue pour la personne souffrante. (...) Elle ne s'intéressait jamais aux grandes choses, elle ne s'occupait pas de faire de la publicité ou des choses semblables. Il y avait toujours, au premier plan, la rencontre directe avec une personne ».

« Encore aujourd'hui - a-t-elle rappelé - beaucoup me racontent leur première rencontre avec Mère Teresa. Parfois, ils ne l'ont vu que 5 minutes sur la terrasse de notre maison mère. Mais ce seul moment a changé leur vie pour toujours. Souvent, une phrase suffisait, une bonne parole ».

« Beaucoup de ces personnes sont hindous - a précisé sœur Prema. Elles ne se sont pas converties au christianisme après leur rencontre avec Mère Teresa. Mais elles ont commencé à voir leur vie et leur travail avec d'autres yeux et sont devenus d'autres personnes, qui vivent de manière différente, selon l'amour et la miséricorde, au sein de leurs familles ».

En ce qui concerne les orientations futures de l'ordre, a continué la religieuse, Mère Teresa « ne nous a jamais donné d'indications concernant les programmes à venir. Mis à part le fait que nous aurions du chercher encore plus à devenir saintes ! C'était sa recommandation continuelle ».

Concernant, en revanche, la date possible de la canonisation, elle a répondu : « Nous savons tous qu'elle est sainte. Pour les hindous comme pour les chrétiens, ici à Calcutta et dans la majeure partie des lieux où nous sommes présents, il n'y a aucun doute. Tous attendent un miracle... mais Mère Teresa elle-même était un miracle pour le monde et pour l'humanité ».