Message de Benoît XVI au patriarche Bartholomaios Ier

L'avenir de l'évangélisation dépend du témoignage d'unité

| 1432 clics

ROME, mercredi 30 novembre 2011 (ZENIT.org) – Evoquant la « responsabilité » commune des chrétiens, le pape Benoît XVI se réjouit des progrès des relations fraternelles avec le Patriarcat oecuménique et il dit l’urgence de l’unité et de l’évangélisation : « L'avenir de l'évangélisation dépend du témoignage d'unité donné par l'Église et de la qualité de la charité ».

Le pape a en effet adressé un message au patriarche oecuménique Batholomaios Ier à l’occasion de la fête du saint patron cette Eglise, saint André, frère de saint Pierre, ce 30 novembre 2011.

Voici le texte intégral de ce message remis au patriarche par le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens :


À Sa Sainteté Bartholomaios ler,

Archevêque de Constantinople

Patriarche œcuménique

« Que le Dieu de l'espérance vous comble de joie et de paix dans la foi » (Rm 15, 13)

Dans la communion de la foi que nous avons reçue des Apôtres et dans la charité fraternelle qui nous lie, je m'unis de tout cœur à la célébration solennelle que Votre Sainteté préside en la fête de l'apôtre et martyr Saint André, frère de Pierre et saint protecteur du Patriarcat œcuménique, pour souhaiter à Votre Sainteté, aux membres du Saint-Synode, au clergé et à tous les fidèles, une abondance de dons célestes et de bénédictions divines. Mes prières, ainsi que celles de tous les frères et sœurs catholiques, accompagnent les vôtres pour invoquer de Dieu, notre Père, qui aime son Église et l'a édifiée sur le fondement des Apôtres, la paix dans le monde entier, la prospérité de l'Église et l'unité de tous ceux qui croient au Christ. La délégation que je vous ai envoyée, guidée par mon vénérable frère le Cardinal Kurt Koch, auquel j'ai confié ce message de vœux, constitue le signe tangible de ma participation et Vous offre le salut fraternel de l'Église de Rome.

Je garde au cœur le souvenir encore bien vivant de notre dernière rencontre, quand nous nous sommes rendus ensemble, en pèlerins de la paix, dans la ville d'Assise, pour réfléchir sur le profond rapport unissant la recherche sincère de Dieu et de la vérité et celle de la paix et de la justice dans le monde. Je rends grâce au Seigneur qui m'a permis de renforcer avec Votre Sainteté les liens d'amitié sincère et de fraternité authentique qui nous unissent, et de rendre témoignage au monde entier de l'ample vision que nous partageons quant aux responsabilités auxquelles nous sommes appelés en tant que chrétiens et pasteurs du troupeau que Dieu nous a confié.

Les circonstances actuelles, qu'elles soient d'ordre culturel, social, économique, politique ou écologique, posent aux catholiques et aux orthodoxes exactement le même défi. L'annonce du mystère du salut à travers la mort et la résurrection de Jésus Christ a aujourd'hui besoin d'être renouvelée avec force dans de nombreuses régions qui, les premières, accueillirent la lumière et subissent aujourd'hui les effets d'une sécularisation en mesure d'appauvrir l'homme dans sa dimension la plus profonde. Face à l'urgence d'une telle tâche, nous avons le devoir d'offrir à l'humanité tout entière l'image de personnes ayant acquis une maturité dans la foi, capables de se rassembler malgré les tensions humaines, grâce à la recherche commune de la vérité, en ayant conscience que l'avenir de l'évangélisation dépend du témoignage d'unité donné par l'Église et de la qualité de la charité, comme nous l'a enseigné le Seigneur dans la prière qu'il nous a laissée : « Qu'ils soient un, afin que le monde croie » (Jn 17, 21). C'est pour moi un très grand réconfort de constater que Votre Sainteté également, depuis quelle a été appelée au ministère d'Archevêque de Constantinople et de Patriarche œcuménique, il y a vingt ans, a toujours eu à cœur la question du témoignage de l'Église et de sa sainteté, dans le monde contemporain.

Sainteté, en ce jour où nous célébrons la fête de l'Apôtre André, nous élevons encore une fois notre supplique ardente vers le Seigneur pour qu'il nous donne de progresser sur le chemin de la paix et de la réconciliation. Puissions-nous, par l'intercession de Saint André et des Saints Pierre et Paul, saints patrons respectifs de l'Église de Constantinople et de l'Église de Rome, recevoir le don de l'unité qui nous vient d'en haut.

Dans ces sentiments de foi, de charité et d'espérance, je vous redis, Sainteté, mes vœux les plus fervents et échange avec Vous une accolade fraternelle dans le Christ notre Seigneur.

Du Vatican, le 24 novembre 2011

BENEDICTUS PP XVI