Message de Noël : Les chemins de la paix, difficiles, possibles, nécessaires

La grande prière de Jean-Paul II

| 1431 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 25 Décembre 2003 (ZENIT.org) – "Sauve-nous … de la plaie du terrorisme , … du découragement… ", supplie Jean-Paul II dans son message de Noël, diffusé en direct en mondovision, depuis le parvis de la basilique Saint-Pierre, sous un ciel bleu limpide comme le regard du souverain pontife sur l’humanité meurtrie.



Un journaliste italien, le "doyen" des "vaticanistes", Archangelo Paglialunga, a fait un jour remarquer que les belles prières de Jean-Paul II attendaient un artiste pour les mettre en musique. La prière de Jean-Paul II dans son message de Noël 2003 attend cet artiste inspiré.

Le pape adresse cette supplication au Prince de la Paix, immédiatement reprise par les media italiens :
"Sauve-nous des grands maux qui déchirent l’humanité
en ces premières années du troisième millénaire.
Sauve-nous des guerres et des conflits armés
qui dévastent des régions entières du globe,
de la plaie du terrorisme
et des nombreuses formes de violences
qui atteignent gravement des personnes faibles et sans défense".

Le pape continuait sa méditation suppliante:
"Sauve-nous du découragement
dans notre marche sur les chemins de la paix,
chemins certes difficiles, mais possibles et même nécessaires;
chemins urgents, toujours et partout,
surtout sur la Terre où tu es né, Toi,
Prince de la Paix".

Jean-Paul II a ensuite adressé ses vœux de Noël en 62 langues. Après une messe de minuit achevée à 1 h 30, cette performance d’un pape de 83 ans a été saluée unanimement à Rome comme un signe de renouveau de la santé du pape, après les effets épuisants des XXV ans de pontificat et du consistoire du mois d’octobre.

Une foule importante de milliers de fidèles se pressait place Saint-Pierre pour recevoir en direct la bénédiction Urbi et Orbi par laquelle le pape accorde l’indulgence plénière, aux conditions prévues par l’Eglise, même aux personnes qui suivent ce rite à la télévision et à la radio.

Les jeunes étaient au rendez-vous, hurlant et scandant "John Paul Two, we love you" comme aux jours radieux de la Journée mondiale de la jeunesse de Denver (1992), rivalisant avec le "Juan Pablo Segundo te quiere todo el mundo", comme au plus chaud de ses visites au Mexique. Intérieurement le pape répondait peut-être comme alors: "John Paul Two, he loves YOU!"