Message du Chapitre général des légionnaires du Christ

Sur le chemin de renouveau (texte intégral)

Rome, (Zenit.org) Légion du Christ | 1327 clics

"Nous voulons demander pardon et réitérer notre effort de réconciliation envers tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont été blessés par les tristes évènements de ces années et par nos déficiences.", déclare entre autres, le Chapitre des Légionnaires du Christ dans ce message approuvé le 20 janvier.

Message du chapitre général

Communiqué du Chapitre Général Extraordinaire des Légionnaires du Christ sur le chemin de renouveau que nous sommes en train de parcourir

1. Le Chapitre Général Extraordinaire, réuni à Rome sous la présidence du Délégué Pontifical, le cardinal Velasio de Paolis, publie ce communiqué sur le chemin de renouveau que nous sommes en train de parcourir. Nous nous dirigeons à toutes les personnes qui ont suivi attentivement les évènements récents dans notre congrégation religieuse, en particulier à nos frères légionnaires du Christ, aux laïcs consacrés, aux consacrées et à tous les autres membres et amis du Mouvement Regnum Christi.

2. C’est la première fois que nous réunissons le Chapitre Général depuis 2005. Le chapitre étant la plus haute autorité interne qui représente toute la congrégation, nous avons vu le besoin de nous prononcer sur les évènements significatifs des neuf dernières années. Nous voulons par là établir définitivement la posture de notre congrégation sur les comportements du P. Marcial Maciel et sur son rôle de fondateur. Nous nous inscrivons ainsi dans la continuité des dispositions du Saint Siège et de la déclaration signée antérieurement par tous les supérieurs majeurs de la Congrégation1. De plus, nous voulons présenter quelques réflexions initiales sur les points les plus importants du processus de renouveau de notre congrégation. Au cours des semaines prochaines, nous, les pères du Chapitre, nous continuerons l’analyse des différents thèmes à discuter et nous donnerons des orientations au nouveau gouvernement de la Légion pour le chemin qu’il reste à parcourir.

3. Alors que nous évaluons la gravité du mal et le scandale causé, nous avons à l’esprit que nous nous trouvons sous le regard miséricordieux de Dieu, dont la providence continue à guider nos pas. En nous unissant à Jésus-Christ, nous espérons pouvoir racheter notre histoire douloureuse et vaincre par le bien les conséquences du mal. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons trouver un sens évangélique dans ce qui s’est passé et construire notre avenir sur les fondations solides de la confiance en Dieu, de la fidélité à l’Eglise et de la vérité.

4. Dans cette perspective, nous avons considéré les actions très graves et objectivement immorales du P. Maciel, qui ont mérité les sanctions que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi lui a imposées à l’époque2. Notre fondateur est mort en 2008 et nous implorons pour lui la miséricorde de Dieu. En même temps, nous voulons exprimer notre profond regret pour les abus de mineurs séminaristes, les actes immoraux commis avec des hommes et des femmes adultes, l’usage arbitraire de son autorité et des biens, la consommation exagérée de médicaments addictifs et l’appropriation d’écrits publiés par des tiers. L’attitude incohérente de continuer à se présenter pendant des dizaines d’années comme prêtre et témoin de la foi alors qu’il cachait ces conduites immorales nous apparaît incompréhensible. Nous réprouvons tout cela avec fermeté. Nous regrettons que de nombreuses victimes et personnes affectées aient espéré en vain une demande de pardon et de réconciliation de la part du P. Maciel, et aujourd’hui, nous voulons faire nous-mêmes cette demande, en exprimant notre solidarité envers elles toutes.

5. Nous, les pères du Chapitre, nous avons entendu comment les supérieurs majeurs de la congrégation ont appris petit à petit ces aspects cachés de la vie de notre fondateur, comment ils ont tenté de discerner la réponse qu’il fallait donner, en tenant compte des exigences éthiques et morales, et comment ils ont géré la communication de ces faits. Avec eux, nous reconnaissons aujourd’hui l’incapacité initiale à croire les témoignages des personnes qui avaient été victimes du P. Maciel, le long silence institutionnel et, plus tard, les hésitations et les erreurs de jugement au moment d’informer les membres de la congrégation et les autres personnes. Nous demandons pardon de ces déficiences qui ont augmenté la douleur et l’incertitude de beaucoup. 

6. Avec ces faits et situations, notre congrégation religieuse aurait pu disparaître si nous n’avions pas été accompagnés par la miséricorde de Dieu et la sollicitude maternelle de l’Eglise, exprimée à travers les interventions décidées de Sa Sainteté Benoît XVI. Le Pape a considéré que la Légion du Christ, de manière générale, était une communauté saine, mais qu’il fallait faire des corrections3. L’aide du Saint-Siège a été indispensable pour découvrir comment la personnalité et la façon d’agir du P. Maciel affectaient notre congrégation religieuse. D’ailleurs, la Visite Apostolique - réalisée par mandat du Pape entre 2009 et 2010 - a prouvé que « la conduite du P. Maciel a causé de sérieuses conséquences dans la vie et dans la structure de la Légion, au point de rendre nécessaire un chemin de profonde révision »4. Les évêques qui ont mené la Visite Apostolique ont signalé surtout trois domaines : la redéfinition du charisme, l’exercice de l’autorité et la formation adéquate5. Le Pape a voulu « accompagner, soutenir et orienter ce chemin » par l’intermédiaire d’un Délégué, « en lui conférant la charge de gouverner en son (mon) nom cet Institut Religieux durant le temps nécessaire pour achever le chemin de renouveau et le mener à la tenue d’un Chapitre Général Extraordinaire, dont le but principal sera de conclure la révision des Constitutions »6.

7. Nous, les pères du Chapitre, nous avons écouté les rapports du Délégué Pontifical et de notre Directeur Général en fonctions sur le travail réalisé au cours de ces trois ans et demi. Nous voulons partager de façon synthétique l’analyse de quelques aspects concernant ce que la Visite Apostolique avait détecté et recommandé. Nous savons que c’est le début d’un chemin et qu’il nous reste beaucoup à faire. Nous sommes décidés à poursuivre avec humilité ce processus de renouveau et de conversion.

a. Dans le domaine de la révision de notre charisme7, le Délégué Pontifical nous a guidés en premier lieu vers une compréhension appropriée du rôle du P. Maciel par rapport à la Légion. La congrégation a expliqué par le passé qu’elle ne peut pas proposer le P. Maciel comme modèle, ni ses écrits personnels comme guide de vie spirituelle8. Nous reconnaissons sa condition de fondateur. Cependant, une congrégation religieuse et ses traits essentiels ne tirent pas leur origine de la personne du fondateur. Ce sont un don de Dieu que l’Eglise accueille et approuve et qui vit ensuite dans l’institut et dans ses membres.
Une compréhension inadaptée du concept de fondateur, l’exaltation excessive et la vision acritique de la personne du P. Maciel nous ont souvent conduits à donner une valeur universelle à ses indications et à trop nous y accrocher. C’est pourquoi, dans la révision des constitutions actuelles, une des tâches principales a été de séparer ce qui exprimait réellement le patrimoine charismatique de notre congrégation d’autres éléments secondaires. En outre, nous avons assuré la conformité de tout notre droit propre avec les normes universelles de l’Église. Les trois ans du processus de révision ont été comme un examen de conscience communautaire prolongé, pour découvrir et purifier ce qui, dans notre comportement personnel et institutionnel, n’était pas de l’ordre de la vie religieuse. Nous avons constaté certaines tendances qui nous ont empêché de bien comprendre notre charisme, entre autres : le manque d’insertion dans l’Église locale, ainsi que l’insistance démesurée sur notre propre effort, l’efficacité humaine, le prestige extérieur, l’accomplissement de normes minutieuses. Tout cela demande non seulement un changement des textes législatifs, mais encore une conversion constante de l’esprit et du cœur. 

Tout au long de ces années, nous sommes aussi arrivés à mieux comprendre notre insertion dans le mouvement Regnum Christi, ainsi qu’à estimer et respecter la vocation et l’autonomie des autres membres, particulièrement les hommes et femmes consacrées. Nous avons entamé avec eux une réflexion commune sur le rôle de chaque branche du Mouvement, sur notre charisme commun et sur la manière de mener à bien notre apostolat. Les nombreux laïcs de Regnum Christi représentent une très belle dimension de notre réalité ecclésiale ; nous voulons encourager encore davantage la communion et la soutenir par notre ministère sacerdotal.

b. Dans l’exercice de l’autorité, l’accompagnement du Délégué Pontifical a été une leçon constante et efficace pour mettre en pratique tout ce que l’Église indique sur le gouvernement des instituts de vie religieuse. Nous avons cherché à introduire une séparation claire entre le domaine de la conscience (la direction spirituelle et la confession), le for interne et le for externe (la direction du supérieur et les règles de vie religieuse), pour mieux garantir la liberté et l’intimité de chaque religieux. Avec un plus grand roulement des personnes qui occupent les différents postes de gouvernement et avec l’accompagnement, dans l’exercice de leur autorité, d’un conseil qui se réunit régulièrement pour analyser les affaires les plus importantes, nous avons essayé de prévenir les actes arbitraires et les abus. Le Délégué Pontifical et quelques-uns de ses conseillers personnels ont participé presque toutes les semaines aux réunions du conseil général et ont apporté leurs connaissances et leur expérience. Petit à petit, on a éliminé la fragmentation de l’autorité, venue de la multiplication des assistants et auxiliaires des supérieurs et des compétences qui leur étaient attribuées. On a institué des consultations formelles auprès des membres de la congrégation avant de procéder aux nominations de supérieurs. En outre, pour un changement de communauté ou de mission apostolique, on essaie de faire participer l’intéressé pour mieux discerner la volonté de Dieu. Enfin, avec la suppression d’un de nos deux vœux particuliers et avec les nombreuses réunions communautaires pour la révision du texte constitutionnel, nous apprenons progressivement à partager et discuter librement avec nos frères les réflexions et suggestions sur tous les sujets qui touchent à la vie et à la mission de la congrégation.

c. Dans la formation de nos religieux, on a surtout vérifié le besoin d’améliorer l’accompagnement vocationnel pour que les novices et les religieux fassent mûrir leur décision personnelle devant Dieu avant d’émettre leur profession religieuse. Les rapports ont mis en évidence que, ces quatre dernières années, un nombre non négligeable de prêtres et beaucoup de nos frères (ndt : séminaristes en formation) ont quitté la congrégation. Dans certains cas, la cause a été sans doute l’impact négatif en rapport aux révélations sur le fondateur et la manière dont elles ont été communiquées, mais nous avons aussi vérifié des carences dans le programme de formation et dans notre style de vie. Entre autres, nous devons promouvoir une pratique plus profonde des conseils évangéliques, du discernement spirituel et de la vie fraternelle. La formation et la viereligieuse continuent à faire l’objet de la réflexion de ce Chapitre et elles seront une des priorités du prochain gouvernement général. 

8. Dans les premiers jours du Chapitre, nous avons également entendu le rapport de deux commissions que le Délégué Pontifical avait institué :

a. La « Commission de recours » s’est occupée des personnes qui ont demandé une action de la part de la Légion du Christ pour des faits qui sont en rapport direct ou indirect avec le P. Marcial Maciel. Le Président de la commission, Mgr Mario Marchesi, nous a informés des douze cas qui se sont présentés. La commission a terminé son travail et aucun cas qui est de sa compétence ne reste ouvert. La congrégation a agi dans chaque cas selon les propositions de la commission. L’écoute et l’aide matérielle offerte aux victimes a contribué, dans la mesure de ce qui est humainement possible, à soulager leurs blessures et à promouvoir la réconciliation.
Nous remercions tous les légionnaires qui font l’effort de s’approcher aussi d’autres personnes affectées et de les rencontrer personnellement. Nous demandons au nouveau gouvernement de maintenir cet engagement de continuer à rechercher la réconciliation.

b. La « Commission pour l’étude et la révision de la situation économique de la Congrégation des Légionnaires du Christ » avait pour objectif d’analyser la gestion économique et la situation financière de la congrégation. Le rapport présenté au Chapitre par Mgr Mario Marchesi, membre de la commission, souligne que l’on n’a pas trouvé de malversations d’argent ni d’autre irrégularité dans les exercices fiscaux examinés.

Le premier aspect urgent dont il faut s’occuper dans ce domaine est la réduction de la dette bancaire qui a résulté de plusieurs facteurs : l’expansion trop rapide des œuvres de la congrégation, la crise immobilière mondiale et la chute des dons. Dans certains pays, la dette s’élève à une somme élevée, mais elle est encore gérable avec les recettes et les biens de la congrégation.

D’autre part, la Commission a signalé le besoin - et cela incombera au prochain gouvernement général - d'ajuster et de simplifier la structure administrative pour promouvoir la responsabilité propre des supérieurs territoriaux, des supérieurs locaux, des deux branches des membres consacrés de Regnum Christi et des directeurs des œuvres d’apostolat.
Le Chapitre Général, en tant qu’autorité suprême de la congrégation, a aussi eu à sa disposition la documentation ample et détaillée préparée par l’administrateur général et le rapport des audits internes et externes des opérations financières de la congrégation dans le monde entier.

9. La considération de tous ces thèmes nous a fait conclure que le chemin d’un « renouveau authentique et profond », confirmé par le Pape François9, a progressé, mais n’est pas encore terminé. Les évènements de ces années marqueront l’identité et la vie de notre congrégation. A la lumière de la Providence divine, nous pouvons les accueillir, les affronter et les transformer en maillons pour une nouvelle étape de notre histoire. Au cours des prochaines semaines des réunions du Chapitre, nous conclurons la révision de nos constitutions pour les soumettre à l’approbation du Saint-Siège et nous établirons des priorités et des orientations pour poursuivre d’une espérance renouvelée le chemin que l’Eglise nous a indiqué, sous le soin attentif des autorités compétentes. 

10. Nous concluons ce message par un remerciement à Dieu pour son amour miséricordieux, à l’Eglise qui nous a guidés en la personne du Successeur de Pierre, à son Eminence le Cardinal Velasio De Paolis et à ses quatre conseillers personnels, son Excellence Mgr Brian Farrell LC, le P. Gianfranco Ghirlanda SJ, Mgr Mario Marchesi et le P. Agostino Montan CSI, pour leur présence ferme et respectueuse parmi nous.
En même temps, nous remercions tous les légionnaires du Christ pour leur témoignage de foi, de don d’eux- mêmes et de charité fraternelle qui nous unit au-delà de toutes les différences. De manière spéciale, nous pensons aux prêtres âgés qui, pendant si longtemps, nous ont offert un exemple d’authenticité et d’abandon à la mission. Nous ne pouvons pas « perdre de vue que notre (leur) vocation, née de l’appel du Christ et vivifiée par l’idéal de rendre témoignage de son amour dans le monde, est un authentique don de Dieu, une richesse pour l’Eglise, la fondation indestructible sur laquelle construire notre (leur) avenir personnel et celui de la Légion »10.

Finalement, nous remercions tous les membres du Regnum Christi et les si nombreuses personnes qui nous ont accompagnés pendant ces années par leur prière et leur charité.
A tous nos frères, religieux et prêtres, qui ont quitté la congrégation durant cette période, nous voulons leur exprimer notre regret de ne plus les avoir parmi nous. Nous leur demandons sincèrement pardon si nous ne les avons pas entendus et accompagnés de façon évangélique et nous voudrions maintenir l’amitié et le dialogue fraternel.

Nous voulons demander pardon et réitérer notre effort de réconciliation envers tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont été blessés par les tristes évènements de ces années et par nos déficiences.

Marie, Notre-Dame des Douleurs, a été témoin du pouvoir rédempteur du Christ qui vainc le mal et le péché. C’est à elle, notre mère, que nous remettons avec confiance notre avenir.

(Ce texte a été approuvé lors de la réunion plénière du Chapitre Général du 20 janvier 2014.)

***

NOTES:

1 SUPERIEURS MAJEURS DE LA LEGION DU CHRIST, Communiqué sur les Circonstances présentes de la Légion du Christ et du Mouvement Re- gnum Christi, 25 mars 2010.

2 BUREAU DE PRESSE DU SAINT SIEGE, Communiqué du 19 mai 2006.

3 Cf. BENOIT XVI, Lumière du monde, Bayard, 2011, p. 59-60.

4 BUREAU DE PRESSE DU SAINT SIEGE, Communiqué du 1er mai 2010.

5 Cf. ibid.

6 BENOIT XVI, Lettre de nomination du Délégué Pontifical, 16 juin 2010.

7 Cf. ibid.

8 Cf. SUPERIEURS MAJEURS DE LA LEGION DU CHRIST, Communiqué sur les Circonstances présentes de la Légion du Christ et du Mouvement Regnum Christi, 25 mars 2010 ; DIRECTEUR GENERAL DE LA LEGION DU CHRIST, Décret sur les critères et dispositions en relation avec la per- sonne du P. Marcial Maciel, L.C., du 6 décembre 2010.

9 FRANÇOIS, Lettre au Cardinal Velasio De Paolis, 19 juin 2013.

10 Exhortation du Pape Benoît XVI, cf. BUREAU DE PRESSE DU SAINT SIEGE, Communiqué du 1er mai 2010.