Message du pape François aux catholiques de Gaza

Un missionnaire argentin curé depuis deux ans

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1463 clics

Le pape François a adressé un message à la communauté catholique de Gaza, et au curé de l'unique paroisse, le père Jorge Hernandez, missionnaire argentin de l’Institut du Verbe incarné, rapporte Radio Vatican en français.

En ces "heures graves", le pape exprime sa "proximité spirituelle", et son "affection" à la petite communauté.

Le message a été transmis au père Mario Cornioli, prêtre à Beit Jala, en Cisjordanie, près de Bethléem. En effet, au cours d’une visite au Vatican, le P. Cornioli a fait part au pape de la "terrible angoisse" des catholiques de Gaza.

Proximité du pape

«Cher frère, j’ai reçu des nouvelles par le père Mario Cornioli : Je suis proche de vous, ainsi que des religieuses etde toute la communauté catholique», écrit notamment le pape.

« Ma prière vous accompagne. Que Jésus vous bénisse, que la Sainte Vierge Marie vous protège. Je vous embrasse. Fraternellement, François », ajoute le pape.

Le P. Hernandez est curé de la paroisse de la Sainte-Famille de Gaza depuis 2012. Il est assité d'un vicaire du même institut religieux. Il est le pasteur de quelque 200 catholiques. En tout, les chrétiens de la Bande de Gaza sont environ 3 000, en majorité des chrétiens orthodoxes.  

Deux écoles - primaire et secondaire -, propriété du patriarcat latin de Jérusalem, accueillent les enfants. La paroisse est aussi aidée par des Missionnaires de la charité - soeurs de Mère Teresa de Clacutta -, des Sœurs du Verbe incarné, et des Sœurs du Rosaire. Les religieuses s'occupent des malades, des personnes handicapées ou des personnes âgées, sans distinction de religion.

Ce message parvient aux catholiques de Gaza, alors que l’armée israélienne a lancé depuis jeudi soir, une offensive terrestre à Gaza pour démanteler les tunnels et l'arsenal du Hamas.

La messe pendant la trêve

Hier, jeudi 17 juillet, le P. Hernandez a publié sur sa page facebook une lettre écrite après la trêve humanitaire de quelques heures (10h-15h): "Les gens ont eu le temps de se réapprovisionner en denrées de base. Ils ont même ouvert la banque. Ce mois-ci, les fonctionnaires n’avaient pas reçu leur salaire. Il faut s’imaginer la situation de ces personnes."

"De plus, pendant la trêve, quelques-uns des paroissiens ont demandé que la Sainte Messe soit célébrée. Grâce à Dieu", raconte-t-il, avant d'ajouter: "Nous profitons de l’occasion pour visiter quelques-uns de nos paroissiens. Moments terribles. La peur, la confusion, le stress, les larmes… mais toujours, toujours, toujours à la fin de ses histoires, une louange à Dieu, confiante et profonde, jaillit, ce qui simplifie notre tâche et qui permet de rentre toujours plus et efficace le travail de Dieu. Comme est édifiante la capacité des gazaouis à tout remettre et à s’abandonner totalement à la Providence de Dieu. Si nous pouvions l’apprendre aussi !"

Il fait observer que dans une guerre, tout le monde est perdant: "En écoutant les deux partis impliqués dans cette guerre ridicule, il semble que les deux gagnent et qu’aucun ne perd. Cela pendant la réalité est que TOUS perdent une guerre et que tout le monde devra payer les conséquences de tant d’aveuglement et de méchanceté. Que Dieu illumine les esprits des gouvernants et change leurs cœurs. Dans l’attente de la bénédiction d’une paix durable et stable ; nous nous recommandons à vos prières."