Message du pape pour la Journée mondiale du Malade

L’Eucharistie, « source inépuisable d’espérance dans toutes les épreuves de la vie »

| 739 clics

CITE DU VATICAN, dimanche 13 février 2005 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le Message que le pape Jean-Paul II a adressé aux participants à la XIIIe Journée mondiale du Malade qui s’est conclue à Yaoundé au Cameroun, vendredi 11 février, par l’intermédiaire du cardinal Javier Lozano Barragán, président du Conseil pontifical pour la pastorale des services de la Santé.



À Monsieur le Cardinal

JAVIER LOZANO BARRAGÁN

Président du Conseil pontifical pour la Pastorale des Services de la Santé

1. En tant que mon Envoyé spécial à la célébration de la XIIIe Journée mondiale du Malade, je vous confie le soin, Monsieur le Cardinal, d’adresser mes plus cordiales salutations aux participants à ce moment solennel de réflexion et de prière, qui se tiendra au Sanctuaire «Marie Reine des Apôtres», à Yaoundé, au Cameroun, ainsi qu’à toutes les personnes qui s’y uniront spirituellement, y compris par les médias.

J’exprime ma gratitude à Monsieur le Président de la République du Cameroun et à ses collaborateurs pour la disponibilité dont a fait preuve le Pays tout entier dans les phases préparatoires et dans le déroulement de cet événement.

Je salue les Évêques, les prêtres et les diacres, auxquels est confiée l’animation pastorale de la communauté tout entière. J’adresse mes salutations aux religieux et aux religieuses, toujours prêts à venir en aide aux personnes qui sont dans l’épreuve. Je salue particulièrement tout le personnel du monde de la santé, car c’est de leur généreux engagement que dépendent pour une grande part les soins et l’assistance aux malades.

Ma pensée vous rejoint tout spécialement, chers Frères et Sœurs malades, vous qui portez dans votre corps les signes de la souffrance et de la fragilité, et vous aussi, leurs familles, qui êtes les plus proches d’eux dans leur vie quotidienne: c’est avec toute l’affection de mon cœur que je suis présent auprès de vous.

2. Cette année, la célébration de la Journée mondiale du Malade se déroule de nouveau en Afrique, un continent marqué par de nombreux et de graves problèmes, mais aussi un continent riche de ressources humaines et spirituelles extraordinaires, et animé par un désir intense de paix et de progrès authentiques. L’Afrique souffre en raison de tant de malades qui, sur son sol, invoquent silencieusement la solidarité du monde entier.

Chers Frères et Sœurs d’Afrique, Jésus est «l’Homme qui connaît la souffrance». En cette année consacrée à l’Eucharistie, je vous invite à vous unir par la pensée et par le cœur au sacrifice de la Messe, source inépuisable d’espérance dans toutes les épreuves de la vie.

Puisse Marie, Reine des Apôtres et Secours des Malades, qui, au Calvaire, participa au martyre douloureux de son Fils, accueillir les larmes de ceux qui sont atteints par la souffrance en Afrique et en tout point de la terre !

Je vous accorde de grand cœur, Monsieur le Cardinal, ainsi qu’à toutes les personnes qui prendront part aux célébrations de la Journée mondiale du Malade, une particulière Bénédiction apostolique.
Du Vatican, le 1er février 2005.

IOANNES PAULUS II
[Texte original: Français]