Mexique: "Ne vous laissez pas voler l'espérance", par le card. Parolin

Rencontre avec la presse mexicaine

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 462 clics

"Ne vous laissez pas voler l'espérance": le cardinal Parolin cite ces paroles du pape François lors d'une renocntre avec la presse mexicaine.

Le cardinal secrétaire d'Etat Pietro Parolin est en effet intervenu lors de l'inauguration, le 14 juillet, du colloque Mexique - Saint-Siège sur "la mobilité humaine et le chômage", organisé par le ministère des Affaires étrangères du Mexique et l’ambassade du Mexique près le Saint-Siège, qui s’est tenu du 12 au 15 juillet à Mexico.

Le cardinal secrétaire d’État a rencontré la presse mexicaine à l'issue de son intervention, indique L'Osservatore Romano en italien.

Il a salué les réformes entreprises par le Mexique grâce à l’effort "d’unité" des politiiciens, un "esprit d’entente" qui doit aussi permettre d’affronter les "défis" , "principalement la pauvreté qui affecte encore une importante partie de la population".

Il a également diagnostiqué le défi de la "désagrégation des familles" et de "l’exode des enfants qui émigrent seuls, et dont le nombre augmente tous les jours", mais aussi "le fléau de la corruption" et "la traite des personnes", "la violence", notamment du fait du "trafic de drogue" qui "emporte chaque année un grand nombre de vies, surtout parmi les jeunes".

"Je voudrais redire à tous l’invitation souvent lancée par le pape : « Ne vous laissez pas voler l’espérance ! »", a déclaré le cardinal Parolin.

Lors du déjeuner au palais du président Enrique Pena Neto, le cardinal Parolin a dit le soutien de l'Eglise: "L’Église, selon la mission qui lui est propre, soutiendra toujours les politiques qui vont dans le sens du respect de la dignité de la personnes et de ses droits fondamentaux."

Le pape François a adressé un message aux participants du colloque. Il a été lu par le nonce apostolique, Mgr Christophe Pierre, à l’ouverture des travaux. Nous en avons publié, hier, 15 juillet la traduction intégrale. 

Avec uen traduction de Constance Roques