Mexique: Protestation de 54 paroisses au Chiapas

L'évêque défend la terre et les migrants

| 1004 clics

ROME, mardi 29 novembre 2011 (ZENIT.org) – Au Mexique, une grande marche a mobilisé 54 paroisses du diocèse de San Cristobal de las Casas, au Chiapas, dimanche dernier, jusqu’à la cathédrale, pour demander « un changement » de l'orientation politique dans les domaines de l’instruction, de la culture et de la vie.

D’après l’agence vaticane Fides, cette marche a rassemblée près de 8.000 fidèles du diocèse. C'est sous la guide de l’évêque de San Cristobal, Mgr Felipe Arizmendi Esquivel, que des groupes organisés sont partis de trois lieux différents de la ville pour rejoindre la cathédrale.

« Nous demandons un style diffèrent dans la politique », a déclaré l’évêque dans l’homélie de la messe dominicale.

« Des sociétés privées veulent s’emparer des terres des paysans. Des autorités sont corrompues. Nous demandons à Dieu la force de dénoncer les trafiquants de drogues, ceux qui menacent et se livrent au chantage, ceux qui enlèvent les immigrés qui passent parmi nous » a-t-il dénoncé.

Le trafic de drogue et la violence contre les migrants sont le cœur des problèmes de ce diocèse, souligne Fides, précisant que l’Eglise est engagée à les combattre depuis longtemps.

Selon la Commission nationale des droits humains du Mexique, rapporte l’agence de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, en 2010, 20.000 cas d’enlèvements de migrants ont été signalés. Chaque année, ce sont de 200.000 à 300.000 migrants originaires d’Amérique centrale qui tentent de traverser le Mexique pour atteindre les Etats-Unis.

Mais sur leur chemin, ils trouvent des bandes criminelles organisées qui les dérobent ou les enlèvent, demandant par la suite une rançon à leurs familles.

Cette situation a été dénoncée à plusieurs reprises par la Conférence épiscopale du Mexique.

La semaine dernière, l'archidiocèse de Mexico, par l’intermédiaire de son hebdomadaire « Desde la Fe » a invité chacun à « une réflexion sérieuse sur les élections de 2012 et à dénoncer les différents types de corruption au sein de l’administration. »

I.C.