Mexique : Un évêque défend les droits des indigènes

Et lance un appel à la paix en direction des Zapatistes

| 1515 clics


ROME, Lundi 26 avril 2010 (ZENIT.org) - Au Mexique, Mgr Felipe Arizmendi demande devant le sénat que soient reconnus « les droits de 12 millions d'indigènes », rapporte l'agence vaticane Fides. Il a aussi lancé un appel aux Zapatistes en vue de la paix. 

Mgr Felipe Arizmendi Esquivel, évêque de San Cristóbal de Las Casas, a participé au forum sur « Les Accords de San Andrés, asignatura pendiente » promu par la Commission de concorde et de pacification (COCOPA), au sénat de la République mexicaine, le 21 avril dernier.  

A la fin de son intervention, Mgr Arizmendi Esquivel a lancé un appel aux dirigeants de l'Armée Zapatista de libération nationale (EZLN), afin qu'ils acceptent le dialogue sur les Accords de San Andrés et qu'ils puissent traiter ensemble sur beaucoup d'aspects qui les concernent aussi : « Non seulement pour continuer à lutter pour une paix plus profonde et stable au Chiapas, mais aussi pour faire que les indigènes du Mexique puissent jouir dans la justice des droits qui les concernent en tant que peuples qui font partie de notre pays ».

Fides souligne que l'intervention de l'évêque a commencé par ce tableau de son ministère : « Je vous remercie de l'opportunité de partager avec vous quelques préoccupations et les propositions sur les droits des peuples indigènes, non seulement du Chiapas mais du Mexique et d'autres lieux. Je ne suis pas expert en lois ou dans d'autres sciences, mais je suis seul à cheminer avec eux. J'ai été au Chiapas durant 19 ans : neuf avec les indigènes Mames, Mochos et Kanjobales, dix avec les Tseltales, Tsotsiles, Ch'oles, Tojolabales et Zoques. Avant de devenir évêque de Chiapas, j'ai partagé une partie de ma vie avec les Otomies et les Mazahuas de l'Etat de Mexico. Comme responsable de la pastorale indigène du pays, j'ai dû me rapprocher des réalités indigènes nationales, et comme chef du département des populations indigènes au CELAM, j'ai eu l'opportunité d'apprendre quelque chose des peuples indigènes d'Amérique latine ». 

Mgr Arizmendi Esquivel a ensuite divisé son intervention en deux parties : situation et propositions.  

La situation : Il y a 42 millions d'indigènes dans le monde, et au Mexique il y en a environ 12 millions, de 56 groupes ethniques reconnus qui souffrent de graves attaques à leur identité et à leur survie. La grande majorité ne jouit pas de droits. Pas de respect du droit à la santé. Le racisme « inhumain et antichrétien » contre eux se poursuit. Bien qu'il y ait quelques services, manquent les services de communication et d'éducation. Méconnaître ces manques revient à nier l'évidence.  

Les propositions : Cheminer ensemble en reconnaissant leur identité culturelle. Les Accords de San Andrés sont une base pour grandir et en développer d'autres. Il faut reconnaître leur personnalité juridique comme peuples différents. Un droit à une certaine autonomie en respectant les limites.  

Fides propose en ligne le texte complet de l'intervention (en espagnol) de Mgr Arizmendi Esquivel :

http://www.cem.org.mx/secciones/diocesis-y-prelaturas/2807-los-derechos-indigenas-en-el-contexto-de-los-derecho-humanos-.html