Mgr Pierre Bürcher évoque le voyage de la « Coordination Terre Sainte »

« Aider à briser le cycle de la peur et du désespoir »

| 1775 clics

ROME, Dimanche 21 janvier 2007 (ZENIT.org) – « Aider à briser le cycle de la peur et du désespoir » : c’était l’un des objectifs du voyage de la « Coordination Terre Sainte », qui a eu lieu du 12 au 18 janvier 2007 (cf. Zenit du 11 janvier), comme le rapporte Mgr Pierre Bürcher, évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg, et président de Catholica Unio Internationalis (CUI), qui a bien voulu évoquer cette visite pour les lecteurs de Zenit.



La coordination réunit des évêques catholiques provenant actuellement des pays suivants : Allemagne, Canada, Espagne, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Irlande, Italie et Suisse, pour être « auprès de leurs Nations, les interprètes des joies et des peines des habitants de Terre Sainte ».

Zenit - Mgr Bürcher, quelles impressions avez-vous de ces jours passés en Terre Sainte avec vos collègues évêques ?

Mgr Bürcher - Ces six jours passés en Terre Sainte avec la Coordination 2007 ont été très constructifs. Ils ont été vécus dans l’unité entre les évêques de Terre Sainte et des évêques représentant plus de dix Conférences épiscopales des Etats-Unis, du Canada et de l’Europe. Nous avons ainsi pu exprimer notre solidarité concrète avec les chrétiens de Terre Sainte qui vivent actuellement une situation qui s’est dramatiquement détériorée notamment à Bethléem et à Gaza.

Zenit - Les évêques en visite en Terre Sainte se donnaient pour objectif d'être « auprès de leurs nations les interprètes des joies et des peines des habitants de Terre Sainte ». Comment avez-vous pu manifester cette solidarité ?

Mgr Bürcher - Nous avons rencontré de nombreuses communautés chrétiennes que nous voulons aider à briser dès que possible le cycle de la peur et du désespoir. Notre solidarité s’est exprimée à leur égard dans la prière et dans de nombreuses célébrations communes. Cela a été le cas à Bethléem, à Gaza, à Nazareth et en Galilée, à Jérusalem et à Ramallah.
Les actions concrètes de solidarité réalisées régulièrement dans plusieurs pays du monde doivent pouvoir être intensifiées : de nombreuses institutions en Occident travaillent fidèlement dans ce sens. De plus, les initiatives locales qui viennent en aide aux chrétiens de Terre Sainte par des actions dans le cadre d’une Equipe missionnaire de paroisse, des ventes d’artisanat de Terre Sainte et autres sont toujours davantage les bienvenues. Suite à la Coordination 2007, un communiqué de presse vient d’être diffusé très largement en vue de la sensibilisation internationale.

Zenit - Selon vous, les chrétiens de Terre Sainte ont-il plus d'espérance que les années précédentes ? Comment vivent-ils ces tensions perpétuelles ?

Mgr Bürcher - 2006 a été une année traumatisante pour tout le Moyen-Orient. Le conflit israélo-palestinien ne semble pas encore parvenir à une solution satisfaisante. L’émigration des chrétiens est une hémorragie qui perdure. Le cycle du désespoir doit pouvoir prendre fin dès que possible.
Nombreux sont les chrétiens de Terre Sainte qui vivent actuellement dans la peur et la misère. Les actes de violence notamment sont des effets de la non résolution du conflit israélo-palestinien. Cette région doit connaître le commencement d’un monde nouveau où, comme dit le psalmiste, « justice et paix s’embrassent ».

Zenit - Cette visite constitue-t-elle une « diplomatie parallèle » qui peut être efficace parce que venant de personnes qui ne cherchent pas le « pouvoir » ?

Mgr Bürcher - Au vu de la situation dramatique au Proche-Orient, tout effort en vue de la justice et de la paix est le bienvenu. Il s’agit de témoigner d’une solidarité chrétienne aujourd’hui indispensable. Cela fait partie aussi bien de la mission épiscopale que de la vocation de tout baptisé. Gaza par exemple m’est apparue comme la plus grande prison qui existe aujourd’hui au monde, avec près d’un million et demi de ‘prisonniers’ dont la quasi-totalité sont des familles nombreuses. Leurs droits élémentaires ne sont plus respectés. Il n’y a plus de travail. Les habitants manquent souvent d’eau. L’électricité peut être coupée pendant une semaine entière. Que fait aujourd’hui la communauté internationale pour leur venir en aide ?

Zenit - Cette semaine, nous prions pour l'Unité des chrétiens: cette semaine est-elle importante en Terre Sainte ?

Mgr Bürcher - Elle est capitale : l’unité est aujourd’hui autant nécessaire au niveau ecclésial que politique en Terre Sainte. La prière pour l’unité est donc essentielle et répond à la demande du Christ lui-même : « Que tous soient un ! »