Migrants : « Ces morts interpellent nos consciences »

Le card. Veglio bouleversé par le sort des naufragés de Lampedusa

| 1153 clics

A. Bourdin

ROME, mercredi 12 septembre 2012 (ZENIT.org) –  « Ces morts interpellent nos consciences » gronde le cardinal Veglio bouleversé par le sort des naufragés de Lampedusa.

L’île italienne de Lampedusa se trouve à quelque 100 km des côtes nord-africaines et elle attire les immigrants de Tunisie, de Libye, d'Egypte, d’autres pays d’Afrique ou du Moyen-Orient.

Or, vendredi dernier, 7 septembre, la mer a été à nouveau le théâtre d’une tragédie : des dizaines de Tunisiens ont péri dans le naufrage d'une embarcation de fortune transportant vers l'Italie une centaine de clandestins.

Le cardinal Antonio Maria Veglio, président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, a déploré l’inaction de l’Occident face à ces drames à répétition, alors qu’il participait à la rencontre interreligieuse organisée par la communauté de Sant’Egidio à Sarajevo, rapporte Radio Vatican.

C’est pourquoi il a réclamé d’adoption d’une stratégie : « Ces morts interpellent nos consciences elles nous demandent pourquoi nous ne faisons rien pour les éviter », a lancé le cardinal italien.

Il juge « révoltant » qu’en ce troisième millénaire des personnes soient encore « obligées de risquer leur vie pour trouver du travail, faire vivre leurs familles, et avoir une vie meilleure ».

Il  reproche à l’Occident son « égoïsme » qui l’empêche « d’affronter ce phénomène » : « Nous vivons dans des tours d’ivoire et nous ne voulons pas être dérangés », déplore-t-il.

Il souhaite que le phénomène des migrations soit « affronté avec sagesse » mais aussi avec « humanité », jugeant que l’on en peut « se contenter de refouler les demandeurs d’asile en ignorant les motifs qui les poussent à frapper » à la porte de l’Union européenne.