Milan 2012, pour « conforter la foi des jeunes familles »

La mobilisation en France, par le P. Denis Metzinger

| 1235 clics

Propos recueillis par Anita Bourdin

ROME, mercredi 9 mai 2012 (ZENIT.org) – Milan 2012, est un rendez-vous spécialement important pour « conforter la foi des jeunes familles » : dans le cadre de la préparation de la VIIe Rencontre mondiale des Familles à Milan (29 mai-3 juin 2012), le Père Denis Metzinger, vicaire épiscopal pour la Famille et Directeur de l’Institut de la Famille du diocèse de Paris, évoque les enjeux de cet évènement et comment les diocèses de France y participent.

Zenit - Père Metzinger, comment se profile la participation des diocèses de France à la VIIe Rencontre mondiale des familles de Milan, autour de Benoît XVI ?

Père Denis Metzinger - Les Français s’apprêtent en effet à participer à la prochaine rencontre mondiale des Familles. La dernière rencontre s’est déroulée à Mexico en Janvier 2009. Milan est plus proche pour nous y rendre. A ce jour, l’on peut repérer plus de 800 Français inscrits pour le week-end de rencontre avec le Saint-Père. Ce qui est héroïque, puisque chez nous, cette année,  les mois de mai et juin sont hachurés par des vacances scolaires, des week-ends de 3 jours, et 4 dimanches d’élections (présidentielle et législatives), et que de très nombreuses communautés paroissiales ont des rendez-vous importants (communions, confirmations, etc) : ce week-end du 2-3 juin est l’un des rares disponibles !

Comment viennent-ils ?

Ces participants viennent en bus - notamment via les fédérations des Associations Familiales Catholiques. Les familles des « diocèses » frontaliers se sont organisées pour venir en voiture. On peut aisément comprendre que la majorité des inscrits viennent de diocèses du grand Sud–Est. A Paris, nous avons opté pour un déplacement en avion, pour mieux nous caler sur le rythme de vie de la génération des « quadras », génération prometteuse pour l’Eglise.

Que faut-il en espérer ? Quels sont les enjeux ?

Cette rencontre est importante pour conforter la foi des jeunes familles. Celles qui veulent vivre pleinement du sacrement de mariage reçu ou envisagé… et qui attendent de l’Eglise d’être accompagnées et de recevoir le Sens de ce qu’elles veulent vivre. Le rôle de l’Eglise est bien de se mettre au service de la famille, comme Témoin de l’Evangile de la Vie.

Les jeunes parents sont confrontés sans cesse aux contradictions de nos sociétés. Bien sûr, comme citoyens, ils ont raison de réclamer le respect de leurs convictions. Comme chrétiens, ce sont des Témoins qu’ils recherchent. La Parole que transmet l’Eglise est reçue comme une parole de liberté. Exigeante et miséricordieuse à la fois.

C’est à nous prêtres de la « mettre en musique » dans nos communautés paroissiales. En accueillant les couples, les familles « tels qu’ils se présentent » pour les guider et leur faire découvrir le trésor de la vie baptismale. Ce trésor enfoui qu’ils possèdent, sans s’en rappeler l’existence, ou qu’ils viennent chercher pour eux ou leurs enfants.

Les francophones auront l’occasion de se retrouver ?

C’est comme Pasteur, depuis toujours attentif à la question de la Famille, que le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et Président de la Conférence des évêques de France donnera le samedi 2 juin au matin une catéchèse sur la famille, à 10h30, en la basilique San Nazaro Apostolo (centre ville : métro Missori).

Il est heureux que des baptisés, issus de différentes régions de notre pays, puissent se retrouver à l’occasion d’une Rencontre Mondiale. On se retrouve pour nous dire à nous-mêmes l’Espérance de la famille. Là où nous sommes, nous ne sommes pas seuls, nous pouvons agir, c’est-à-dire vivre en chrétien. Milan, c’est la ville où le grand saint Augustin nous a montré qu’il n’y avait pas besoin d’attendre des conditions idéales pour vivre du Christ !

Le cardinal célèbrera ensuite, à 12h, une « Messe pour la Famille », qui sera l’occasion de porter dans la prière tous ceux qui s’unissent à nous, tous ceux qui vivent avec joie ou avec peine la Famille sans oublier les aînés de nos familles, indispensables témoins de la Vie.