Miracle dans la Basilique de Notre-Dame de Guadalupe ?

Commentaire de Mgr José Luis Guerrero Rosado

| 2695 clics

ROME, Mercredi 30 mai 2007 (ZENIT.org) – Une note intitulée « Miracle dans la basilique de Guadalupe » circule actuellement à travers le monde, notamment sur internet.



Cette note explique qu’au cours d’une messe célébrée dans la basilique de Notre-Dame de Guadalupe, dans la ville de Mexico, en mémoire des enfants victimes d’un avortement, les fidèles ont remarqué que l’image de la Vierge commençait à s’effacer pour laisser place à une lumière intense émanant de son ventre dessinant la forme d’un embryon humain.

De nombreux commentaires ont été écrits sur cet événement présenté par certains comme un événement miraculeux. Nous reprenons ci-dessous le commentaire de Mgr José Luis Guerrero Rosado, premier chanoine de la Basilique et directeur de l’« Instituto Superior de Estudios guadalupanos ».

* * *


Il est touchant et respectable que la dévotion des personnes voie des signes divins dans la vie de tous les jours étant donné précisément que toute la nature qui nous entoure nous parle de Dieu et de son intérêt pour nous. Toutefois, dans sa providence, il est inhabituel et non conforme à sa volonté qu’il existe une abondance de preuves surnaturelles. Souvenons-nous que Jésus qualifie d’« heureux », « ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru » (Jn 20, 29).

Même si Dieu est parfaitement libre de le faire, il n’est pas normal qu’il répète par un miracle ce qu’il a déjà transmis très clairement dans sa Loi et dans nos consciences : l’interdiction d’assassiner des innocents.

Le miracle fut l’apparition de Guadalupe

L’apparition de la Très Sainte Vierge Marie dans le Tepeyac fut certes un miracle merveilleux et, sur le plan moral, nous avons la preuve que le Seigneur continue d’opérer d’innombrables miracles, ici, par l’intercession de sa Mère. L’Eglise est toutefois extrêmement prudente lorsqu’il s’agit de reconnaître des miracles physiques, comme le serait cette lumière.

Sans nier que les fidèles puissent voir dans ce phénomène un signe de l’amour maternel de Dieu, nous nous trouvons ici en réalité devant un fait qui serait seulement inexplicable mais qui en réalité n’a pas été suffisamment examiné, et auquel on attribue une catégorie surnaturelle qui n’a pas cependant encore été démontrée car il n’est pas suffisant qu’un ingénieur ait effectué un unique contrôle sur le négatif d’une photo.

Avant tout, il ne s’agit pas d’une affirmation de l’Eglise

Supposant que l’on ne trouve pas d’explication naturelle à la lumière constatée sur les photographies, la seule chose que l’Eglise constaterait serait l’apparition d’une lumière inexpliquée.

Ceci ne fournit pas des éléments de base suffisants pour affirmer avec certitude : « l’image de la Vierge commença à s’effacer pour laisser place à une lumière intense qui émanait de son ventre avec un éclat et un halo divin ayant la forme d’un embryon, et l’embryon du Christ avant sa naissance, apparut sous nos yeux ».

Si nous réfléchissons bien, ceci ne signifie pas décrire ce qui s’est passé mais s’empresser d’interpréter comme un miracle un événement auquel il n’a pas été possible de donner une explication normale.

Nous répétons qu’il est légitime et touchant que les personnes qui considèrent que Dieu est en train de leur parler de cette manière l’interprètent ainsi, mais ceci ne constitue pas et ne peut constituer une affirmation officielle de l’Eglise catholique, ni de l’archidiocèse de Mexico et ni même des autorités de la basilique de Guadalupe.