Mobilisation de l'Eglise contre le trafic d'êtres humains

Congrès international au Vatican, avec participation des autorités civiles

| 813 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 7 mai 2012 (ZENIT.org) – Le réseau de l’Eglise est une force pour lutter contre le trafic d'êtres humains : telle est la conviction qui anime les organisateurs d’un congrès international pour combattre ce « fléau bien réel ».

Le congrès est organisé par le Conseil pontifical justice et paix et la Conférence des évêques d’Angleterre et du pays de Galles, qui travaille sur le trafic d'êtres humains en partenariat avec la police londonienne. L’initiative, qui aura lieu le 8 mai 2012, au Vatican, a reçu également le soutien de l’ambassade d’Angleterre près le Saint-Siège.

Tous les jours, rapporte un communiqué, « des hommes, des femmes et des enfants sont achetés et vendus ». Ils sont « réduits en esclavage » pour de l’exploitation sexuelle, des travaux domestiques et des travaux forcés.

Le trafic d'êtres humains est donc « bien réel » et est même classé aujourd’hui comme la « seconde entreprise criminelle dans le monde », après le trafic d’armes illégal.

« Avec 1,1 milliard de catholiques dans le monde, l’Eglise catholique peut utiliser ses réseaux mondiaux pour lutter contre ce fléau », estiment les organisateurs du congrès.

Le congrès étudiera notamment les façons dont les différentes autorités peuvent travailler ensemble pour abolir le commerce de vies humaines.

Des intervenants du monde entier sont attendus – Lituanie, Nigeria, Thaïlande, Afrique du sud, Etats-Unis, Europe – parmi lesquels le cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, président du Conseil pontifical justice et paix ; Sophie Hayes, victime de trafic, qui témoignera de son histoire ; le directeur adjoint du Centre du trafic humain britannique ; Caritas Lituanie et la religieuse fondatrice de Albania Hope – une organisation anti-trafic ; des responsables du département du crime organisé de la police londonienne, de la police polonaise et du FBI.