Mondialiser la solidarité, selon Mgr Agostino Marchetto

Secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants

| 1352 clics

ROME, Jeudi 12 juin 2008 (ZENIT.org) - Face à la crise que traverse le monde, le premier devoir de la communauté internationale est de « mondialiser la solidarité », estime le secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement.

Mgr Agostino Marchetto est intervenu mercredi après-midi à une table-ronde organisée par l'Aspen Institute Italie sur le thème « La crise mondiale : du marché aux valeurs. L'Europe et l'Italie ».

Mgr Marchetto a cité comme « cadre utile » une intervention d'Henry Kissinger sur l'International Herald Tribune du 30 mai dernier intitulée « Globalization and its discontents », où l'auteur relève « un fossé croissant entre l'ordre politique et l'ordre économique mondial » qui doit être comblé.

Cette mondialisation de la solidarité, a-t-il rappelé, est une idée soutenue par Jean Paul II mais également par Benoît XVI qui, dans son discours à la fondation « Centesimus annus-Pro Pontifice » du 31 mai dernier, a réaffirmé la nécessité de « promouvoir un développement mondial attentif à la promotion intégrale de l'homme », soulignant que « tout programme économique doit être centré sur la personne ».

« Seule une culture marquée par une participation responsable et active peut permettre à tout être humain de se sentir, non un exploiteur ou un témoin passif, mais un collaborateur actif du processus de développement mondial », avait expliqué le pape.

Les paroles de l'évêque de Rome, selon Mgr Marchetto, expriment de hautes valeurs : « solidarité, personne humaine, culture de la participation responsable et active ».

Au fond, souligne-t-il, il s'agit d'un rappel de la seconde encyclique Spe salvi, où le pape affirme que « les structures les meilleures fonctionnent seulement si, dans une communauté, sont vivantes les convictions capables de motiver les hommes en vue d'une libre adhésion à l'ordonnancement communautaire » (n. 24).

De là émergent d'autres valeurs, représentées par les « convictions, fruit d'une prise de conscience, qui portent à la créativité et à l'action ».

Mgr Marchetto a souligné deux autres éléments importants, « le bien commun, national, dans le contexte du bien universel », en évoquant son intervention sur la revue Nuntium de juillet -Novembre 2005 axée sur le thème « Globalisation et promotion humaine » et celle de Bruxelles le 11 juillet 2007 au Forum mondial sur « Emigration et développement ».

Le secrétaire du Conseil pontifical a, par la même occasion cité les articles qu'il a écrits sur la revue People on the Move (N. 102, p. 365 et N. 105, p. 117, dont le dernier article intitulé « Europe, immigration et futur », où une attention spéciale est donnée au bien commun national et international, universel).

A ce sujet, Mgr Marchetto juge particulièrement significatif le titre donné par l'Osservatore Romano (4 juin 2008) à son dernier article de Nairobi, « L'intégration des migrants valeur de civilisation » qui a été suivi le lendemain d'un autre article intitulé « L'immigration comme valeur économique et sociale ».

« Cette association entre valeurs et émigration est un binôme significatif qu'il me plaît de soulever ici, à cette table ronde, dans le contexte de la mondialisation et dont les migrations sont une conséquence et l'expression même », a-t-il conclu.

Traduit de l'italien par Isabelle Cousturié