"Moon" entendait fomenter un schisme dans l'Eglise catholique

La congrégation pour la doctrine de la foi confirme les révélations de Mgr Milingo

| 579 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 16 septembre 2002 (ZENIT.org) - Mgr Milingo révèle que le chef religieux coréen, Sun Myung Moon, dans un document d'une trentaine de pages, rédigé en anglais, avait consigné les détails de son projet de fomenter un schisme dans l'Eglise catholique, avec l'aide de l'archevêque, et en commençant par l'Afrique. Moon avait dans un premier temps consacré 5 millions de dollars à la mise en œuvre de son plan.



Mgr Emmanuel Milingo, ancien archevêque de Lusaka (Zambie), 72 ans, démissionnaire en 1983, donne les détails de ce projet dans son livre "Le poisson repêché de la boue", publié en Italie ces jours-ci ("Il pesce ripescato dal fango", entretiens avec Michele Zanzucchi, Libreria editrice San Paolo, ISBN 88-215-4789-2) à l'issue de son année de silence et de retraite spirituelle, passée en Argentine.

Mgr Tarcisio Bertone, secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, et que Jean-Paul II avait chargé de suivre le cas de l'archevêque africain, confirme la réalité de ce projet dans un entretien avec Alberto Bobbio publié par l'hebdomadaire italien "Famiglia Cristiana" du 15 septembre (Editions San Paolo, http://www.stpauls.it/fc/default.htm).

"Hélas, un schisme est toujours possible lorsqu'un évêque se sépare de son Eglise, explique Mgr Bertone, qui souligne que sa première préoccupation était la personne de Mgr Milingo, pour des raisons de charité.

Après de longs entretiens avec Mgr Milingo, Mgr Bertone souligne combien "Moon" a exploité l'ingénuité de l'archevêque africain: "C'est un homme simple, noble d'esprit, un homme de prière et de charité. Pour aider un désespéré, il donnerait tout, et cet élan de charité le conduit parfois à transgresser les normes de l'Eglise".

Son soi-disant mariage avec Maria Sung, coréenne praticienne en acuponcture, n'a été, continue le prélat italien, qu'une façon de se faire accepter complètement (par la secte, ndlr) pour essayer de l'évangéliser".

Mgr Bertone, qui avait également participé aux négociations qui ont précédé le schisme de Mgr Marcel Lefebvre, en 1988,explique encore: « Qui pense que nous avons fait davantage pour Mgr Milingo que pour Mgr Lefebvre se trompe grandement ».

Enfin, le secrétaire de la congrégation pour la Doctrine de la foi expose les motifs pour lesquels Mgr Milingo a passé son année de retraite en Argentine avec le Mouvement des Focolari (http://www.focolari.org).

« Nous ne pouvions pas lui proposer la cellule d'un couvent, explique Mgr Bertone. Les Focolari ont un style d'accueil et de charité qui nous a paru convenir pour Mgr Milingo. Ils ont aussi choisi deux prêtres pour l'entourer. Et c'est un geste de charité délicate que tous n'étaient pas prêts à faire ».