Mort de deux prêtres en Russie : Les jésuites dénoncent le procès

Le suspect, qui s’est avoué coupable, condamné pour un seul meurtre

| 2045 clics


ROME, Lundi 31 août 2009 (ZENIT.org). - Le 25 août dernier, a été rendu le verdict concernant l'assassinat des deux pères jésuites Víctor Betancourt et Otto Messmer. Par la suite, la Compagnie de Jésus a émis un communiqué dans lequel elle exprime sa déception et affirme que justice n'a pas été rendue. 

Les victimes, le religieux équatorien Víctor Betancourt, 42 ans, et le Russe Otto Messmer, 46 ans, ont été retrouvé mort après avoir été frappés à la tête, dans un appartement appartenant à la Compagnie de Jésus. Au moment de la découverte des cadavres, l'habitation était ouverte et aucun objet de valeur n'avait disparu. 

Mikhail Orekhov a été condamné à 14 ans de prison pour le meutre du père Víctor, mais n'a pas été inculpé pour l'assassinat du père Otto, qui avait découvert le cadavre de son confrère au retour d'un voyage. 

L'accusé, qui s'est avoué coupable des deux meurtres durant les enquêtes préliminaires, a changé sa version des faits au cours du procès, soutenant que le deuxième meurtre était l'œuvre d'une autre personne qu'il ne connaissait pas. 

Comme le système judiciaire russe le veut, à la demande de l'accusé, le jugement s'est déroulé face à un jury populaire.  

Dans un communiqué de presse, les jésuites de la région russe de la Compagnie affirment que « le procès s'est déroulé de manière sérieuse et professionnelle et a donné aux deux parties l'opportunité d'exprimer ses opinions, de poser des questions et de présenter ses preuves. Les versions ambiguës de l'accusé sur les motifs et les circonstances de la mort du père Víctor Betancourt ont été évaluées de manière adaptée par le jury. Mais, dans le même temps, le fait que les membres du jury n'aient pas reconnu la culpabilité de Mikhail Orekhov dans le meurtre du père Otto Messmer suggèrerait que les preuves réunies durant les enquêtes ont été suffisamment convaincantes ». 

« Il reste donc un doute sur les preuves recueillies et sur la culpabilité de l'accusé durant les enquêtes préliminaires », ajoute la note.  

Les jésuites de la région russe comme ceux du monde entier se sont dit « profondément déçus du verdict sur le meurtre du père Otto et sont convaincus que justice n'a pas été faite. Ils sont donc en train d'envisager de nouvelles actions à entreprendre avec leurs avocats pour arriver à clarifier ce cas ». 

Les jésuites de la région russe sont aussi « très reconnaissants à tous ceux qui expriment leur solidarité et les soutiennent dans la recherche de la justice ». 

Le père Víctor Betancourt était entré dans la Compagnie de Jésus en 1984 ; il travaillait en Russie depuis 2001, se consacrant à préparer ceux qui aspiraient à entrer dans la congrégation ; depuis 2008, il représentait la Compagnie à l'Institut Saint-Thomas de philosophie, de théologie et d'histoire à Moscou. 

Le père Otto Messmer était quant à lui entré dans la Compagnie de Jésus en 1982. 

Tous deux fournissaient une assistance pastorale à l'église Saint-Louis de Moscou. 

Nieves San Martín