Moyen Orient : priorité au dialogue et à la réconciliation

La paix, mot clef du voyage de Benoît XVI au Liban

| 1042 clics

A. Bourdin

ROME, dimanche 9 septembre 2012 (ZENIT.org) –  « L’engagement pour un dialogue et pour la réconciliation doit être prioritaire », au Moyen Orient, déclare Benoît XVI en évoquant son prochain voyage au Liban, après l’angélus de dimanche, 9 septembre. Il demande l’aide de la communauté internationale en vue d’une « paix juste et durable ».

Le pape a en effet présidé la prière de l’angélus de midi, dimanche, depuis Castelgandolfo.

« L’engagement pour un dialogue et pour la réconciliation doit être prioritaire pour toutes les parties impliquées, et il doit être soutenu par la communauté internationale, toujours plus consciente de l’importance pour le monde entier d’une paix stable et durable dans toute la région », demande le pape.

Il évoque son voyage au Liban (14-16 septembre 2012) et son but : « Dans les prochains jours, je vais me rendre au Liban en Voyage apostolique pour signer l’Exhortation apostolique post-synodale, fruit de l’Assemblée spéciale pour le Moyen-Orient du Synode des Évêques, célébrée en octobre 2010. J’aurai l’heureuse occasion de rencontrer le peuple libanais et ses autorités, ainsi que les chrétiens de ce cher pays, et ceux venus des pays voisins ».

Benoît XVI nomme les souffrances de la région qui souffre vioelnce : « Je n’ignore pas la situation souvent dramatique vécue par les populations de cette région meurtrie depuis trop de temps par d’incessants conflits. Je comprends l’angoisse de nombreux Moyen- Orientaux plongés quotidiennement dans des souffrances de tous ordres qui affectent tristement, et parfois mortellement, leur vie personnelle et familiale. J’ai une pensée préoccupée pour ceux qui, cherchant un espace de paix, fuient leur vie familiale et professionnelle et expérimentent la précarité de l’exilé ».

Il indique la priorité de la réconciliation en vue « d’une paix stable et durable »: « Même s’il semble difficile de trouver des solutions aux différents problèmes qui touchent la région, on ne peut pas se résigner à la violence et à l’exaspération des tensions. L’engagement pour un dialogue et pour la réconciliation doit être prioritaire pour toutes les parties impliquées, et il doit être soutenu par la communauté internationale, toujours plus consciente de l’importance pour le monde entier d’une paix stable et durable dans toute la région ».

C’est en effet la paix le mot clef de ce voyage :« Mon Voyage apostolique au Liban, et par extension à l’ensemble du Moyen-Orient, se place sous le signe de la paix en reprenant la parole du Christ : « Je vous donne ma paix » (Jn 14, 27). Que Dieu bénisse le Liban et le Moyen-Orient ! Que Dieu vous bénisse tous ».