Musées du Vatican : une nouvelle salle consacrée à Matisse

| 1569 clics

ROME, Mercredi 22 juin 2011 (ZENIT.org) –La nouvelle salle « Matisse » qui ouvre ce mercredi au public a été présentée hier par le directeur des Musées du Vatican, Antonio Paolucci, a rapporté Radio Vatican. Elle est consacrée à l’unique œuvre d’art sacré de l’artiste français Henri Matisse (1869-1954) : la Chapelle du rosaire de Vence (Provence) et qui fête cette année les 60 ans de son inauguration.

Ce sont les ébauches préparatoires aux travaux qui sont aujourd’hui exposées au Vatican et qui ont été données il y a 31 ans aux collections pontificales par le fils du peintre.

La nouvelle salle se trouve près des Galeries pontificales, au cœur de la section consacrée au 20esiècle. Elle présente le carton préparatoire en grandeur nature de la céramique du presbytère, ceux des trois vitraux polychromes de l’abside, du chœur et de la nef ; et une reproduction en bronze du crucifix de l’autel.

A terme, le premier tissage des 5 chasubles colorées et la petite maquette de la grande flèche qui couronne la chapelle devraient être exposés.

Enfin, un livre consacré à la chapelle (Librairie Editrice Vaticane) est attendu à l’automne, dans lequel sera publié l’échange entre Matisse et sœur Jacques-Marie qui, en 1979, donna ses précieuses lettres. Ancienne infirmière d’Henri Matisse, elle entra au couvent des Dominicaines en 1946. Un an plus tard, c’est elle qui confie à Matisse son désir de décorer un oratoire du couvent.

Matisse conçoit alors le projet de construire intégralement une chapelle : il travailla sur ce projet de 1948 à 1951. La chapelle fut consacrée en 1951. Malade, il n’a pas pu assister à l’inauguration de son œuvre mais écrivit à cette occasion : « Je n'ai pas cherché la beauté, j'ai cherché la vérité. Je vous présente en toute humilité la chapelle du Rosaire des dominicaines de Vence… Cette œuvre m'a demandé quatre années d'un travail exclusif et assidu. Elle est le résultat de toute la vie active… Je la considère, malgré toutes ses imperfections, comme un chef-d’œuvre ».