Mystère de la croix, mystère d'amour

Tweet du pape François

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1020 clics

Le pape François a posté un nouveau tweet sur le thème de l'amour, de la prière, des larmes, de la croix, ce 10 octobre, sur son compte @Pontifex_fr . On se souvient que saint Ignace lui-même avait reçu le don des larmes (cf. Zenit du 2013).

Voici le tweet du pape:

"Le mystère de la Croix, un mystère d’amour, ne peut se comprendre que dans la prière. Prier et pleurer à genoux devant la Croix."

Dans son homélie du 31 juillet, pour la fête de saint Ignace, avec les jésuites présents à Rome,  dans l'église du "Gesù", le pape avait évoqué, comme dans l'homélie de ce jeudi matin, la bonne "honte" mais aussi les "larmes": il invitait à "demander la grâce de la honte (...) qui met notre cœur en harmonie dans les larmes et qui nous accompagne dans la suite quotidienne de "mon Seigneur" " (cf. Zenit du 31 juillet 2013).

Pleurer les tragédies du monde

Le 8 juillet, à Lampédouse, devant les tragédies des naufragés, le pape interpellait le monde sur sa capacité de pleurer de compassion: "Nous sommes dans une société qui a publié l'expérience de pleurer, de "souffrir avec": la mondialisation de l'indifférence! Dans l'Evangile, nous avons écouté le cri, les pleurs, la grande lamentation: "Rachel pleure ses enfants … parce qu'ils ne sont plus". Hérode a semé la mort pour défendre son bien-être, sa bulle de savon. Et cela continue de se répéter… Demandons au Seigneur qu'il efface ce qu'il est resté d'Hérode aussi dans notre coeur. Demandons au Seigneur la grâce de pleure sur notre indifférence, de pleurer sur la cruauté qu'il y a dans le monde, en nous, également chez ceux qui dans l'anonymat, prennent des décisions sociales et économiques qui ouvrent la voie à des drames comme celui-là. "Qui a pleuré?" Qui a pleuré aujourd'hui dans le monde?" (cf. Zenit du 8 juillet 2013).

« Laissons pleurer notre cœur » a encore dit le pape François à l’angélus de dimanche 6 octobre, place Saint-Pierre., invitant la foule à une prière silencieux pour les morts de Lampédouse, en majorité des chrétiens d'Erythrée et d'Ethiopie (cf. Zenit du 6 octobre 2013).

Les larmes, lunettes pour voir Jésus

Dans son homélie du 2 avril 2013, le pape avait même fait observer que "parfois dans notre vie, les larmes peuvent devenir comme des lunettes qui nous permettent de voir Jésus" (cf. Zenit du 2 avril 2013).

Le pape avait souligné "la nécessité de savoir pleurer". Il avait invité à "demander au Seigneur la grâce des larmes", en ajoutant: "C’est une belle grâce de pleurer pour tout : pour le bien, pour nos péchés, pour les grâces, pour la joie (...). Les larmes nous préparent à voir Jésus."

Il est des jours où dans son Journal spirituel saint Ignace de Loyola ne note que ce mot: "larmes". Il précise parfois, comme le 5 avril 1544: "Avant la messe, larmes. Pendant, beaucoup". Elles reviennent presque chaque jour.

Il note parfois les fruits spirituels de ce don: "Avec beaucoup d'intelligences et de sentiments intérieurs". Ou bien: "Se terminant à conforter ma volonté à la volonté divine". Et encore: "Avec locution intérieure".

Mais ces larmes sont parfois différentes. Il parle parfois "d'amour accompagné de larmes".