« N’oublions pas l’Afrique » : appel de Benoît XVI

Message pour le continent

| 1381 clics

ROME, Lundi 8 janvier 2007 (ZENIT.org) – « N’oublions pas l’Afrique, et ses nombreuses situations de guerre et de tension » : le continent africain a été le premier à être nommé par Benoît XVI dans son discours au Corps diplomatique.



Benoît XVI invitait aux négociations : « Il faut se rappeler que seules les négociations entre les différents protagonistes peuvent ouvrir la voie à un règlement juste des conflits et faire entrevoir des progrès vers la consolidation de la paix ».

Citant les conflits qui persistent sur la planète, le pape évoquait « le drame du Darfour » qui « s'étend aux régions frontalières du Tchad et de la République centrafricaine ».

Inacceptables, la souffrance et la mort des innocents
« C’est seulement par une collaboration active entre les Nations unies, l’Union Africaine, les gouvernements en cause et d'autres protagonistes » que les moyens mis en œuvre « pourront devenir efficaces », insistait le pape, les invitant « à agir avec détermination » : « nous ne pouvons pas accepter que tant d’innocents continuent à souffrir et à mourir ainsi ».

« La situation dans la Corne de l’Afrique s’est récemment aggravée », déplorait le pape en mentionnant la « reprise des hostilités et l’internationalisation du conflit ».

Il appelait les belligérants « à l’abandon des armes et à la négociation », évoquant Sœur Leonella Sgorbati « qui a donné sa vie au service des plus défavorisés, invoquant le pardon pour ses meurtriers ». « Que son exemple et son témoignage inspirent tous ceux qui cherchent réellement le bien de la Somalie », espérait le pape.

Les enfants soldats
En Ouganda, le pape souhaitait « les progrès des négociations (…) en vue de la fin d’un conflit cruel qui voit même l'enrôlement de nombreux enfants contraints de se faire soldats ».

Et ceci afin de permettre aux « déplacés » de « revenir chez eux » pour « retrouver une vie digne ».

« La Région des Grands Lacs a été, continauti Benoît XVI ensanglantée depuis des années par des guerres sans merci. C’est avec intérêt et espérance qu’il convient d’accueillir les développements positifs récents, en particulier la conclusion de la phase de transition politique au Burundi et plus récemment en République démocratique du Congo ».

Il recommandait le « retour au fonctionnement des institutions de l'état de droit, pour endiguer tous les arbitraires et pour permettre le développement social ».

Au Rwanda, le pape encourageait, après le génocide, « le long processus de réconciliation nationale » qui doit trouver « son aboutissement dans la justice, mais aussi dans la vérité et le pardon ».

En Côte d’Ivoire, le pape exhorte « les parties en présence à créer un climat de confiance réciproque qui puisse conduire au désarmement et à la pacification ».

En Afrique Australe, ajoutait le pape, « des millions de personnes sont réduites à une situation de grande vulnérabilité, qui exige l’attention et l’appui de la communauté internationale ».

« Des signes positifs pour l’Afrique viennent également de la volonté exprimée par la communauté internationale de maintenir ce continent au centre de son attention, et aussi du renforcement des institutions continentales et régionales, qui témoignent de l’intention des pays concernés de devenir toujours davantage responsables de leur propre destin », reconnaissait Benoît XVI.

« Il faut louer l'attitude digne des personnes, qui chaque jour, sur le terrain, s'engagent avec détermination pour promouvoir des projets qui contribuent au développement et à l'organisation de la vie économique et sociale », concluait le pape.