« Ne nous laissez pas seuls », demande le vicaire apostolique d’Anatolie

Don Santoro n’était pas venu « faire du prosélytisme »

| 622 clics

ROME, Mardi 7 février 2006 (ZENIT.org) – « Ne nous laissez pas seuls », demande le vicaire apostolique d’Anatolie après la mort de don Andrea Santoro.



Mgr Luigi Padovese, vicaire apostolique d’Anatolie, a fait mémoire, hier, en l’église Santa-Maria de Trabzon, de don Andrea Santoro, le prêtre Fidei donum du diocèse de Rome qui a été assassiné dans son église de Trébizonde, en Anatolie, dimanche après-midi, rapporte l’agence vaticane Fides, organe de la congrégation pour l’Evangélisation des Peuples.

Il souligne qu’« il est difficile de comprendre ce geste, même s’il semble dicté par un motif de haine religieuse » et il lance un appel : « Je demande à la communauté catholique de ne pas nous laisser seuls, nous avons besoin du soutien de tous les chrétiens, parce que c’est difficile de vivre sur cette terre en de pareils moments, quand des épisodes tragiques surviennent. Mais c’est une terre aimée, comme l’est le peuple turc, qui est un bon peuple. Il faut cependant faire comprendre à tous, indistinctement qu’il faut dissocier ces actes de violence ».

« Don Andrea était un homme de dialogue, il n’était pas un homme à prendre des positions contraires ni venu faire du prosélytisme. Il a toujours cherché le dialogue, aussi parce qu’au fond cette situation s’est imposée par le milieu dans lequel nous nous trouvons, où notre présence est réduite au minimum », a déclaré l’évêque.

« Don Andrea est venu ici en témoin, a poursuivi Mgr Padovese, il a laissé Rome où il avait été curé pendant plusieurs années, et il est venu dans cette réalité minuscule parce qu’il aimait l’Eglise et les origines de l’Eglise née sur cette terre qui s’est ouverte au monde. Il était attiré par cette terre pour cette raison, mais il était aussi attiré par la volonté d’établir un dialogue avec le monde musulman. Il est venu en témoin et est mort en témoin. »