"Ne pas céder à l'amertume que le diable offre tous les jours"

Première audience du pape François, aux cardinaux

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1981 clics

« Ne cédons jamais au pessimisme, à cette amertume que le diable nous offre tous les jours ; ne cédons pas au pessimisme et au découragement », déclare le pape François au collège des cardinaux.

Le pape François a en effet reçu en audience les cardinaux présents à Rome, ce vendredi matin, à 11 h en la salle Clémentine du palais apostolique.

Après le discours d’hommage que le cardinal doyen Angelo Sodano lui a adressé au nom du Collège cardinalice, le pape a prononcé un discours émaillé d'improvisations, d'abondance du cœur, en italien.

Il a ensuite échangé quelques mots avec chaque cardinal, debout, pendant une bonne heure, recevant des petits cadeaux, comme ces bracelets jaunes offerts par le cardinal Wilfrid Napier, archevêque de Durban, un Franciscain.

Le pape en a passé un immédiatement à son poignet droit. Un cadeau "franciscain"? Il ressemblait à ces bracelets aux couleurs du pape - jaune ou blanc - que l'on peut se procurer lors des JMJ. D'autres cardinaux lui ont apporté des objets religieux à bénir, ce que le pape a fait sur le champ.

Le cardinal archevêque de Cracovie s'est arrêté longtemps avec le pape: il y aurait un projet de JMJ en 2016 à Cracovie, selon une rumeur persistante évoquée lors du "briefing" quotidien du P. Lombardi par un journaliste polonais. Au pape de confirmer ensuite ou de modifier les projets... Habituellement, le pape annonce lui-même la prochaine JMJ au terme de la JMJ déjà fixée. Attendons donc la fin de la Journée mondiale de la jeunesse de Rio de Janeiro en juillet prochain. Mais là aussi, liberté du nouveau pape : il doit encore confirmer ou non la présence du pape.

Le pape a insisté sur cette option fondamentale contre le découragement en disant : « Nous avons la ferme certitude que l’Esprit-Saint donne à l’Église, par son souffle puissant, le courage de persévérer et aussi de chercher de nouvelles méthodes d’évangélisation, pour porter l’Evangile jusqu’aux extrémités de la terre. »

Et cette exhortation ne vient pas d’un optimisme béat, mais elle se fonde sur la force inhérente à l’Evangile : « La vérité chrétienne est attirante et persuasive parce qu’elle répond au besoin profond de l’existence humaine, en annonçant de manière convaincante que le Christ est l’unique Sauveur de tout l’homme et de tous les hommes. Cette annonce demeure valide aujourd’hui, comme elle l’était au début du christianisme, au temps de la première grande expansion missionnaire de l’évangile », a expliqué le pape.

Le pape François a encouragé aussi les cardinaux le plus âgés à transmettre leur sagesse aux jeunes : « Chers frères, courage ! Pour la moitié d’entre nous, nous sommes déjà d’un âge avancé : j’aime bien dire que la vieillesse est le siège de la sagesse de la vie. Les personnes âges ont la sagesse de ceux qui ont cheminé dans la vie, comme le vieillard Siméon et la vieille Anne au Temple. C’est justement cette vieillesse qui leur a permis de reconnaître Jésus. Donnons cette sagesse aux jeunes : comme le bon vin, qui se bonifie avec les années, donnons aux jeunes la sagesse de la vie ».

Et d’ajouter, une citation en allemand (hier, le pape avait cité un auteur français, Léon Bloy) : « Il me vient à l’esprit ce qu’un poète allemand disait de la vieillesse : « Es ist ruhig, das Alter, und fromm » : c’est le temps de la tranquillité et de la prière. Et c’est aussi le temps de donner cette sagesse aux jeunes. Vous allez maintenant rentrer dans vos sièges respectifs pour poursuivre votre ministère, enrichis de l’expérience de ces derniers jours, si empreints de foi et de communion ecclésiale. Cette expérience tellement unique et incomparable, nous a permis de saisir en profondeur toute la beauté de la réalité ecclésiale qui est un reflet de la splendeur du Christ ressuscité : un jour, nous regarderons ce visage si beau du Christ ressuscité ! »