Neuf sages pour aider à gouverner et réformer

« La » décision du premier mois de pontificat

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 2450 clics

Le pape François marque son premier mois de pontificat par une décision importante : la constitution d’une « groupe de cardinaux pour le conseiller dans le gouvernement de l’Eglise universelle », annonce un communiqué de la Secrétairerie d’Etat.

Le groupe aura aussi pour tâche « d’étudier un projet de révision de la Constitution apostolique Pastor Bonus sur la curie romaine ».

Ce groupe est constitué de 8 cardinaux et d’un évêque, de 8 pays et des 5 continents, - dont un Italien comme secrétaire, et le cardinal Maradiaga comme coordinateur, un salésien, un franciscain, un évêque de Schönstatt -, répartis ainsi par continent : Europe (3), Asie (1), Afrique (1), Amérique (3), Océanie (1).

L'Amérique latine

Avec le pape argentin, l'Amérique "latine" est le continent le mieux représenté dans le groupe des 9 sages qu’il préside, et que le card. Maradiaga coordonne. L’Italie est le seul pays à avoir deux représentants: le secrétaire, Mgr Semeraro et le cardinal Bertello.

Le cardinal Bergoglio et Mgr Semeraro ont notamment appris à se connaître lors du synode de 2001 (30 septembre-27 octobre) à Rome, sur ministère de l'évêque:le rapporteur général adjoint était en effet l'archevêque de Buenos Aires et le secrétaire spécial Mgr Semeraro, alors évêque d'Oria.

Europe (3 : 2 Italie, 1 Allemagne):

- Card. Giuseppe Bertello, président du gouvernorat de la Cité du Vatican ;

- Card. Reinhard Marx, archevêque de Munich et Freising ;

- Mgr Marcello Semeraro, évêque d’Albano, secrétaire ;

Asie (1, Inde): Card. Oswald Gracias, archevêque de Bombay;

Afrique (1, Rép. dém. du Congo): Card. Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa ;

Amérique (3, Chili, Honduras, Etats-Unis):

- Card. Francisco Javier Errázuriz Ossa, archevêque émérite de Santiago du Chili;

- Card. Oscar Andrés Rodríguez Maradiaga, S.D.B., archevêque de Tegucigalpa, coordinateur;

- Card. Sean Patrick O’Malley, O.F.M. Cap., archevêque de Boston ;

Océanie (1, Australie): Card. George Pell, archevêque de Sydney.

La première réunion est convoquée pour début octobre (1er-3 octobre), à la veille de la fête de saint François d’Assise, férié au Vatican, puisque c’est la fête du pape.

Mais la note indique que le pape « est déjà en contact avec ces cardinaux ».

Elle rappelle que la formation d'un tel groupe était l’une des suggestions des Congrégations générales qui ont préparé le conclave du mois de mars.

L'idée d'un cercle rapproché

L’idée de former autour du pape un « sénat » plus restreint que le collège cardinalice (205 membres actuellement, 113 électeurs) qui l’assiste dans le gouvernement de l’Eglise universelle a fait son chemin notamment à travers les synodes continentaux ou thématiques.

Il avait notamment été soutenu par le cardinal Godfried Danneels dès le synode des évêques pour l'Europe de l'automne 1999, et il a été évoqué à nouveau par lui à la veille du conclave, le 27 février dernier à Bruxelles, lors d’une conférence de presse.

Son terme n’était pas « sénat » mais « conseil de la couronne », pour désigner un « cercle rapproché » de hauts responsables de l’Eglise qui aideraient le pape sans être « normatifs ».

La note de la sécrétairerie d'Etat n'indique pas de limite temporelle ni de méthode de spécifique pour le travail de ce "groupe" qui constitue la première grande innovation du pontificat, un mois, jour pour jour, après l’« Habemus Papam » du 13 mars 2013.