Ni crainte, ni honte, ni triomphalisme

Homélie du matin

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 865 clics

La vie chrétienne consiste à « avancer sans crainte, sans honte, sans triomphalisme » en mettant sa foi dans le Christ ressuscité, qui « a vaincu le monde », a déclaré le pape François lors de la messe de ce matin, 10 septembre 2013, à Sainte-Marthe.

Selon Radio Vatican, le pape a commenté la première lecture, où saint Paul encourage à marcher avec le Christ « car Il a vaincu ». Il s'agit de « cheminer en Lui enracinés sur Lui, sur cette victoire, solides dans la foi » (Col 2,6-15.). Le pivot de cette victoire étant « Jésus est ressuscité ! ».

Mais c'est un point difficile à comprendre, a-t-il fait observer : « Il y a tant de chrétiens sans résurrection, de chrétiens sans le Christ ressuscité : ils accompagnent Jésus jusqu'au tombeau, ils pleurent, ils l'aiment beaucoup, mais s'arrêtent là. »

Le pape a diagnostiqué notamment trois attitudes de chrétiens sans résurrection : « les peureux, les chrétiens craintifs ; les honteux, ceux qui ont honte ; et les triomphalistes. Ces trois n'ont pas rencontré le Christ ressuscité ! »

« Les craintifs : ce sont ceux du matin de la résurrection, ceux d'Emmaüs… ils s'en vont, ils ont peur ». « Les craintifs ont peur de penser à la résurrection ».

Les chrétiens honteux qui « ont honte » de dire que « le Christ, avec sa chair, avec ses plaies, est ressuscité » : « confesser que le Christ est ressuscité donne un peu honte en ce monde qui s'appuie sur l'avancée des sciences ».

A ces chrétiens, Paul dit « Prenez garde à ceux qui veulent faire de vous leur proie par leur philosophie trompeuse et vide fondée sur la tradition des hommes, sur les forces qui régissent le monde, et non pas sur le Christ ».

Enfin, les chrétiens qui « au plus profond d'eux ne croient pas dans le ressuscité et veulent une résurrection plus majestueuse », les chrétiens « triomphalistes ». « Ces chrétiens, avec ces attitudes triomphalistes dans leur vie, leurs discours et leur pastorale, dans la Liturgie, au plus intime d'eux-mêmes ne croient pas profondément au Ressuscité ».

Or, « le message que Paul donne aujourd'hui » est que le Christ « est tout », la totalité et l'espérance, « car il est le Vainqueur » : « C'est Lui qui est le Vainqueur. Il a vaincu ».

Le pape a donc exhorté à « avancer sans crainte, sans peur, sans honte, sans triomphalisme, simplement en regardant le Seigneur ressuscité, sa beauté, en mettant les doigts dans ses plaies et la main dans son côté ».

Dans l’Évangile, a-t-il conclu, les malades cherchent à toucher Jésus « parce qu'une force sortait de lui et les guérissait tous » (Lc 6,12-19) : « Allons à Lui et laissons-nous, comme ces malades, toucher par Lui, par sa force, car Il est en chair et en os, non pas une idée spirituelle qui passe… Il est vivant. Il est ressuscité. Et Il vainc le monde. Que le Seigneur nous donne la grâce de comprendre et de vivre ces choses ».