Nigeria : chrétiens et musulmans veulent « vivre ensemble »

Bilan de la visite du cardinal Tauran

| 1151 clics

Anne Kurian

ROME, mercredi 4 avril 2012 (ZENIT.org) – Les chrétiens et les musulmans nigérians ont la volonté de « vivre ensemble » : c’est le constat du cardinal Tauran, au terme de sa visite dans ce pays.

Le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, était en effet en visite au Nigeria, du 23 au 31 mars 2012 (cf. Zenit du 22 mars).

Les Nigérians veulent la paix

Revenant sur son voyage, le cardinal fait part de sa « surprise » au micro de Radio Vatican : « Je ne m’attendais pas à trouver une Eglise aussi vivante. ». Il confie qu’en lisant la presse occidentale, il s’attendait à une société avec « des heurts à tous les niveaux ». Mais malgré les attentats de la secte Boko Haram, le cardinal témoigne qu’il a vu « des relations d’amitié profonde et très sincère entre les chefs religieux catholiques et les chefs religieux musulmans ».

Bien que « conscientes des dangers », les diverses communautés sont « sereines », affirme-t-il. S’il y a, regrette-t-il, des musulmans ou chrétiens qui ne « partagent pas ce point de vue » de dialogue, néanmoins le cardinal se dit « frappé » de constater que « tous les nigérians veulent vivre ensemble ».


Ce qui est important, souligne-t-il à ce propos, c’est la « volonté » des Nigérians de « ne pas accepter que la violence prenne le pas sur tout le positif vécu dans la vie quotidienne ».

Des visites significatives

Au cours de son séjour, le cardinal a participé à la clôture d’une rencontre organisée par les directeurs diocésains en charge du dialogue interreligieux en Afrique de l’Ouest, le 23 mars dernier à Lagos. Il a également participé à une session de dialogue entre chrétiens et musulmans à Jos – ville du nord du pays, où ont eu lieu récemment de nombreux affrontements.

Le président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux s’est aussi rendu à la ville de Sokoto (nord-Ouest), le 26 mars. Il a été reçu par le Sultan de Sokoto, Alhaji Abubakar Saad III, chef des musulmans nigérians. Le Sultan, qui avait préparé cette visite avec l'évêque de Sokoto, Mgr Matthew Hassah Kukah, a accueilli le cardinal « avec grande joie », affirme Mgr John Olorunfemi Onaiyekan, archevêque d'Abuja, capitale fédérale du pays, à l’agence Fides.


En outre, le cardinal Tauran a rencontré le vice-président nigérian Alhaji Namadi Sambo, le 27 mars et il a été reçu par les responsables de la mosquée nationale, le 28 mars, à Abuja.

Pour le cardinal, c’est sa visite à l'église Sainte-Thérèse à Maddalla, lieu de l'attentat de Noël dernier qui a été le moment le plus « émouvant », durant lequel il a rencontré des victimes de l’explosion meurtrière. 

Il ne suffit pas de condamner la violence

Mais, ajoute-t-il, il faut aussi « penser à l’avenir » : c’est ce que propose de faire un centre de formation professionnelle en ébénisterie,  à Jos, en accueillant des jeunes des deux confessions.

Le cardinal Tauran se dit « très positivement impressionné » par cette initiative, estimant qu’elle représente « le Nigeria de demain ». Mgr Ignatius Kaigama, archevêque de Jos, a fondé ce centre en partant du constat qu' « il ne suffit pas de condamner la violence », explique le cardinal.

Il est donc nécessaire, poursuit-il, de « créer des espaces de paix et de dialogue » pour les jeunes qui sont « l’avenir du pays ». Pour Mgr Onaiyekan, sur Fides, « cette expérience devrait être proposée et étendue à tout le pays ».