Noël n'est pas une histoire édulcorée de conte de fée

Allocution à l'angélus du 26 décembre (texte intégral)

Rome, (Zenit.org) Pape François | 1138 clics

Pourquoi célébrer la fête d'un martyr, et même du premier martyr chrétien, au lendemain de Noël? Le pape François explique le sens d'un tel rapprochement liturgique, à l'angélus de ce 26 décembre, place Saint-Pierre: "La fête de saint Étienne est en parfaite harmonie avec la signification profonde de Noël. En effet, dans le martyre, la violence est vaincue par l’amour, et la mort par la vie". Tel est le salut apoporté par l'Enfant de la crèche: "Jésus transforme la mort de ceux qui l’aiment en aurore d’une vie nouvelle !"

Ainsi, a poursuivi le pape, la mémoire liturgique du "protomartyr" vient "détruire une fausse image de Noël : une image édulcorée de conte de fée qui n’existe pas dans l’Évangile". Elle rappelle le poids de la réponse libre de l'homme au salut qui est donné, car "le salut de Dieu implique la lutte contre le péché et passe par la porte étroite de la Croix".

Le pape a invité la foule à prier avec lui pour les chrétiens persécutés, pusi à dénoncer auprès des autorités civiles les discriminations dont ils font l'objet dans le monde, y compris dans les pays dont les lois garantissent pourtant théoriquement les droits et la liberté.

Voici notre traduction intégrale des paroles du pape François avant et après l'angélus.

A.B.

Allocution du pape avant l'angélus

Chers frères et sœurs, bonjour !

Vous n’avez pas peur de la pluie, vous êtes courageux !

La liturgie prolonge la solennité de Noël pendant huit jours : c’est un temps de joie pour tout le peuple de Dieu ! Et en ce deuxième jour de l’octave, dans la joie de Noël, s’insère la fête de saint Étienne, premier martyr de l’Église. Le livre des Actes des apôtres nous le présente comme « un homme rempli de foi et d’Esprit-Saint » (6,5), choisi avec six autres pour le service des veuves et des pauvres dans la première communauté de Jérusalem. Et il nous raconte son martyre lorsque, après un discours enflammé qui suscita la colère des membres du Sanhédrin, il fut traîné hors des murs de la ville et lapidé. Stéphane est mort comme Jésus, en demandant le pardon pour ceux qui le tuaient (7,55-60).

Dans l’atmophère joyeuse de Noël, cette commémoration pourrait nous paraître hors de propos. En effet, Noël est la fête de la vie, qui nous inspire des sentiments de sérénité et de paix : pourquoi troubler cet enchantement par le souvenir d’une violence aussi atroce ? En réalité, dans une perspective de foi, la fête de saint Étienne est en parfaite harmonie avec la signification profonde de Noël. En effet, dans le martyre, la violence est vaincue par l’amour, et la mort par la vie. L’Église voit dans le sacrifice des martyrs leur « naissance au ciel ». Nous célébrons donc aujourd’hui le « noël » d’Étienne, qui jaillit en profondeur du Noël du Christ. Jésus transforme la mort de ceux qui l’aiment en aurore d’une vie nouvelle !

Dans le martyre d’Étienne, c’est la même confrontation entre le bien et le mal, entre la haine et le pardon, entre la douceur et la violence que celle qui a culminé dans la Croix du Christ. La mémoire du premier martyre vient ainsi, immédiatement, détruire une fausse image de Noël : une image édulcorée de conte de fée qui n’existe pas dans l’Évangile ! La liturgie nous ramène à la signification authentique de l’Incarnation, en reliant Bethléem au Calvaire et en nous rappelant que le salut de Dieu implique la lutte contre le péché et passe par la porte étroite de la Croix. C’est la route que Jésus a clairement indiquée à ses disciples, comme l’atteste l’Évangile de ce jour : « vous serez haïs de tous à cause de mon nom, mais celui qui aura tenu bon jusqu'au bout, celui-là sera sauvé. » (Mt 10,22)

C’est pourquoi, prions aujourd’hui particulièrement pour les chrétiens qui subissent des discriminations à cause du témoignage qu’ils rendent au Christ et à l’Évangile. Soyons proches de ces frères et sœurs qui, comme saint Etienne, sont accusés injustement et deviennent l’objet de toutes sortes de violences. Je suis certain que, malheureusement, ils sont plus nombreux aujourd’hui que dans les premiers temps de l’Église. Il y en a tellement ! Cela arrive spécialement là où la liberté religieuse n’est pas encore garantie ou n’est pas pleinement réalisée.

Mais cela arrive aussi dans des pays et des milieux où, sur le papier, on protège la liberté et les droits humains, mais où en fait les croyants et spécialement les chrétiens rencontrent des limitations et des discriminations.

Je voudrais vous demander de prier de façon particulière pour ces frères et sœurs, en silence, un moment, tous. Nous les confions à la Madone : Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum, benedicta tu in mulieribus et benedictus fructum ventris tui Jesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae. Amen

Le chrétien ne s’en étonne pas, parce que Jésus l’a annoncé comme une occasion propice pour rendre témoignage. Cependant, au plan civil, l’injustice doit être dénoncée et éliminée. Que Marie, Reine des martyrs, nous aide à vivre Noël avec l’ardeur de la foi et de l’amour qui rayonne en saint Étienne et dans tous les martyrs de l’Église.

Après l’Angelus

Je salue les familles, les groupes paroissiaux, les associations et les fidèles venus de Rome, d’Italie et du monde entier. Que cette halte de quelques jours auprès de la crèche pour admirer Marie et Joseph aux côtés de leur enfant suscite en chacun un engagement généreux dans l’amour mutuel, afin que se vive au sein des familles et des diverses communautés ce climat d’entente et de fraternité si utile au bien commun.

Bonne fête de Noël et bon déjeuner ! Au revoir !

Traduction de l'italien par Zenit: Hélène Ginabat