Noël orthodoxe : Les églises combles en Russie

| 427 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 7 janvier 2005 (ZENIT.org) – Le 7 janvier, c’est Noël pour les Eglises orthodoxes et pour les Eglises catholiques de rite oriental : les églises étaient combles en Russie, témoigne l’archevêque catholique au micro de Radio Vatican.



En Russie, en Serbie, en Géorgie, en République tchèque, et en Pologne, les fidèles orthodoxes fêtent Noël le 7 janvier, selon l’antique calendrier julien.

Les Eglises orthodoxes de Grèce, de Roumanie et de Bulgarie, et le patriarcat œcuménique de Constantinople, célèbrent par contre Noël le 25 décembre, selon le calendrier grégorien adopté également par l’Eglise latine.

Jeudi, à l’angélus, le pape a souhaité un Noël de paix et de joie dans le Seigneur.

Dans son message de Noël, le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, Alexis II, a invité les fidèles orthodoxes et des autres confessions chrétiennes, à la fraternité et à l’amour du prochain. Il a rappelé la tragédie de Beslan, soulignant que « devant la mort, la majeure partie des gens a donné un exemple de grand amour gratuit envers le prochain ».

L’archevêque du diocèse catholique de la Mère de Dieu de Moscou, Mgr Tadeusz Kondrusiewicz a souligné à l’occasion de ce Noël :

« Les Orthodoxes ont comme les catholiques un temps de l’Avent, de préparation, de jeûne et de prière. Ils vivent Noël à peu près comme nous. Nous sommes très proches. On le célèbre avec beaucoup d’affection et en Russie, les gens vivent ce jour de fête avec un grand bonheur et une grande espérance.

Il souligne que, bien que ce ne soit pas au départ une tradition orthodoxe, une grande crèche a été construite près de la cathédrale de Moscou qui attire de nombreux enfants, catholiques, orthodoxes ou non croyants.

Mgr Kondrusiewicz rappelle en outre que 25 % de la population russe vit dans une grande pauvreté, mais malgré ces difficultés économiques le peuple russe demeure ouvert à l’Evangile. Nos églises, explique l’archevêque, ne sont pas nombreuses mais elles existent et à Noël, elles étaient pleines. C’est la même chose lors des fêtes orthodoxes. C’est le signe que le peuple russe est à la recherche de quelque chose de spirituel et pas seulement de choses matérielles. C’est certainement un nouveau signe qui arrive après 70 ans de persécutions. Le peuple russe a besoin d’espérance.