Notre Dame de Guadalupe, trait d'union entre les cultures latino-américaines

Déclarations de l'archevêque de Mexico, à l'occasion de la fête liturgique

| 819 clics

ROME, mardi 13 décembre 2011 (ZENIT.org) –  « Nous étions des peuples dispersés, puis elle est venue, nous a rassemblés et nous voici maintenant un peuple uni », déclare le cardinal Norberto Rivera Carrera, archevêque de Mexico, dans une déclaration, à l’occasion de la fête de Notre Dame de Guadalupe, sainte patronne de l'Amérique.

Le cardinal mexicain a confié ces réflexions à ZENIT, quelques heures avant la messe en langue espagnole présidée par Benoît XVI, en la basilique Saint-Pierre, lundi après-midi, 12 décembre, pour le bicentenaire des indépendances latino-américaines.

L’archevêque de Mexico, a concélébré la messe présidée par le pape Benoît XVI, qui était entouré des cardinaux Tarcisio Bertone, secrétaire d’Etat, Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques et président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine, et Raymundo Damasceno Assis, archevêque d’Aparecida, au Brésil.

Dans sa déclaration, le primat de l’Eglise au Mexique, souligne l’importance de la Vierge de Guadalupe pour le peuple mexicain, rappelant  que c’est à elle qu’il doit « sa naissance » et « son union ».

Notre Dame de Guadalupe, ajoute-t-il,  nous a accompagnés dans l’indépendance, dans la révolution, nous a accompagnés dans les principaux évènements de l’Eglise au Mexique, si bien qu’elle même s’est faite notre Mère, notre Reine, notre guide ».

A propos de la messe exceptionnelle célébrée dans l’après-midi, le cardinal Rivera a déclaré : «  nous l’attendons avec beaucoup d’intérêt car nous espérons de fraterniser avec d’autres pays qui ont eux aussi eu la chance de leur indépendance et ont fait de Notre Dame de Guadalupe leur sainte patronne ».

Une dizaine de cardinaux, archevêques ou évêques sont venus spécialement du Mexique, du Brésil, d’Argentine, de Cuba, du Pérou, du Chili, d’Uruguay ou du Panama pour participer à la célébration de lundi après-midi.

Par cette messe « exceptionnelle » pour le bicentenaire de l’indépendance des pays d’Amérique latine, le Saint-Siège entend « participer aux différentes commémorations et célébrations qui ont débuté l’an dernier et s’achèveront en 2014 sur le continent américain », indique un communiqué de la Commission ad hoc. 

Toujours à propos du Mexique, qui compte le plus grand nombre de catholiques,  l’ambassadeur près le Saint-Siège de ce pays, Héctor Federico Ling Altamirano, a confié à ZENIT que pour les mexicains «  Notre Dame de Guadalupe est le point culminant de leur religiosité et pas seulement pour les croyants ».

Les Mexicains en général, a-t-il expliqué, pas seulement les catholiques, « vouent un respect, une vénération et une affection particulière pour la Vierge de Guadalupe. » Celle-ci est pour eux « un symbole vraiment national, doté d’une transcendance religieuse, sociologique, anthropologique » dont la signification profonde et la synthèse  mérite d’être explorée en tant que phénomène et au plan de l’inculturation.

Mercedes de la Torre
Traduction d’Isabelle Cousturié