« Nous avons vu sa gloire. Pour une phénoménologie du Credo »

Philosophie et théologie, une "démarche inédite"

| 1486 clics

ROME, vendredi 8 juin 2012 (ZENIT.org) – « Nous avons vu sa gloire. Pour une phénoménologie du Credo », c’est le titre choisi  pour la publication (éditions Lessius-Cerf 2012) des actes du cycle de conférences 2011-2012 "Philosophie et théologie" organisé à Rome par l'Institut français-Centre Saint-Louis et l’Université pontificale grégorienne.

Il sont publiés sous la direction de Nicolas Bauquet, Xavier D'Arodes de Peyriague et Paul Gilbert.

Ouvert par Jean-Luc Marion, ce cycle de conférences a réuni à Rome en 2010-2011 des philosophes et des théologiens dans une démarche inédite. Il s'agissait de parcourir le Credo en le mettant sur un nouveau métier — celui de la phénoménologie.

« Au tournant du XXe et du XXIe siècles, explique un communiqué de l’Institut français, des théologiens ont en effet adopté avec rigueur et bonheur la méthode phénoménologique, qui est d'origine philosophique. De leur côté, des philosophes ont été poussés par la même méthode en direction de thèmes théologiques. Il était important que les uns et les autres se parlent, sans confusion des genres, dans un cadre intellectuel qui est un laboratoire pour la pensée catholique. "Nous avons vu sa gloire" : le verset de l'évangile de Jean fournit à cette confrontation son lieu symbolique ; il reconduit le philosophe et le théologien à ce qui, de Dieu et de l'homme, ne s'appréhende que phénoménologiquement ».

Il s’agit donc d’une initiative conjointe de l'Institut français-Centre Saint-Louis (ambassade de France près le Saint-Siège) et de l'Université pontificale Grégorienne :  Nicolas Bauquet, directeur de l'Institut français, et Paul Gilbert, professeur à la Grégorienne, en ont assuré la direction.

Les auteurs sont André Birmelé, Philippe Capelle-Dumont, Emmanuel Durand, Emmanuel Falque, Bernard Forthomma, Paul Gilbert, Jérôme de Gramont, Ghislain Lafont, Jean-Baptiste Lecuit, Jean-Luc Marion, Giovanni Cesare Pagazzi, Etienne Vetö, Jean-Louis Vieillard-Baron et Agata Zielinski