« Nous ne pouvons pas gagner les autres à Dieu », explique le pape

« Parler de Dieu aujourd'hui », catéchèse du mercredi

| 1901 clics

Anita Bourdin       

ROME, mercredi 28 novembre 2012 (Zenit.org) – « Ce n’est pas nous qui pouvons gagner les autres à Dieu, mais que nous devons les attendre de Dieu lui-même », fait observer Benoît XVI qui recommande aux chrétiens de ne pas s’annoncer eux-mêmes, mais le Christ.

Benoît XVI a en effet centré sa catéchèse, dans le cadre de l’Année de la foi, sur le thème : « parler de Dieu aujourd’hui », ce mercredi 28 novembre, en la salle Paul VI du Vatican.

Le pape dissipe tout malentendu sur la nouvelle évangélisation il ne s’agit pas d’un effort volontariste :« Ce n’est pas nous qui pouvons gagner les autres à Dieu, mais que nous devons les attendre de Dieu lui-même, l’invoquer pour qu’il nous les envoie », explique le pape.

Parler de Dieu naît de l’écoute

Puis il rappelle le fondement de toute parole sur Dieu : « Parler de Dieu naît toujours de l’écoute, de notre connaissance de Dieu qui se réalise dans une familiarité avec lui, dans une vie de prière et selon les commandements ».

Benoît XVI précise les conditions requises pour pouvoir parler de Dieu : « Pour parler de Dieu, il faut lui faire de la place, en étant confiant que c’est lui qui agit dans notre faiblesse : lui faire de la place sans peur, avec simplicité et joie, avec la conviction profonde que plus nous le mettons au centre, et non pas nous, plus notre communication portera du fruit ». 

Aux communautés chrétiennes Benoît XVI recommande de « montrer l’action transformante de la grâce de Dieu, en dépassant les individualismes, les fermetures, les égoïsmes, l’indifférence, et en vivant l’amour de Dieu dans les relations quotidiennes ».

Annonciateurs du Christ, pas de nous-mêmes

Il invite à une forme d’examen de conscience sur ce point : « Demandons-nous si nos communautés chrétiennes sont vraiment comme cela. Nous devons nous mettre en route pour devenir toujours et réellement ainsi, annonciateurs du Christ et non pas de nous-mêmes ».

Le pape a également insisté sur le rôle des parents dans l’éducation des enfants, dans la joie de la foi : «  Cette attention des parents est aussi une sensibilité à accueillir les questions religieuses qui peuvent être présentes dans l’esprit des enfants, parfois évidentes, parfois cachées. Et puis, la joie : la communication de la foi doit toujours avoir la tonalité de la joie ».

« Parler de Dieu veut donc dire faire comprendre par la parole et par la vie que Dieu n’est pas le concurrent de notre existence, mais qu’il en est plutôt le garant, le garant de la grandeur de la personne humaine », conclut le pape.

Aux francophones, il a adressé ce message : « Puissiez-vous regarder les situations humaines avec les yeux mêmes de Dieu et laisser son amour renouveler votre vie et vos relations ! Vous formerez alors des communautés chrétiennes exemptes d’individualisme et d’indifférence, capables de manifester à tous les hommes l’action transformante de la grâce divine ».