« Nous sommes des religieuses et notre première activité, c’est la prière »

Sr Mark Poustani, supérieure de la maison « Don de Marie »

| 1555 clics

ROME, Dimanche 6 janvier 2008 (ZENIT.org) - « Nous sommes une communauté de religieuses et la première activité, c'est la prière », souligne soeur Mark Poustani, supérieure de la communauté des Missionnaires de la Charité qui animent la maison « Don de Marie », au Vatican, visitée par Benoît XVI vendredi 4 janvier.

La religieuse a confié à Radio Vatican sa « joie » et sa « gratitude » pour cette visite de Benoît XVI : c'est un « privilège » que de le recevoir, a-t-elle dit en rappelant les activités de cette maison.

« Nous sommes une communauté de religieuses et notre première activité, c'est la prière. Pour le moment, nous sommes 8 sœurs. Nous commençons par la prière, et à 8 h, nous recueillons le fruit de cette prière, c'est-à-dire par le travail avec les pauvres. Nous avons en effet une maison d'accueil pour les femmes sans domicile fixe. Nous pouvons en accueillir 74 et pour le moment, nous en avons 50. Nous avons aussi une cantine pour les hommes, qui viennent manger le soir. Nous cherchons non seulement à donner à nos hôtes la nourriture, mais aussi la Parole, en partageant tous les jours la Parole du Seigneur. Le soir il y a le travail le plus important à la cantine, parce que les femmes viennent quasi toutes pour manger. Nous ne nous contentons pas d'être à la maison, mais nous sortons du Vatican pour aller vers les pauvres, en cherchant les personnes seules dans les rues, les hôpitaux. Nous cherchons à donner à chacun non seulement à manger mais aussi la Parole du Seigneur ».

Sœur Mark Poustani se souvient aussi que dès 1970 Mère Teresa avait eu le désir d'avoir un jour les oeuvres au cœur de l'Eglise : elle en avait un grand désir. Et lorsque Jean-Paul II a visité la maison des Missionnaires de la Charité à Calcutta, en 1986, il a accueilli ce désir. Le « Don de Marie » est le fruit de cette rencontre de deux souhaits, de Mère Teresa et de Jean-Paul II.

Anita S. Bourdin