« Nous vivons l'aujourd'hui de Dieu » : déclaration de Gregorios III

De retour du Caire, nouvelles de la communauté grecque-melkite

| 1066 clics

ROME, vendredi 27 janvier 2012 (ZENIT.org) – Sa Béatitude Gregorios III, patriarche d’Antioche et de tout l’Orient d’Alexandrie et de Jérusalem est rentré du Caire où, comme de coutume, il a passé les fêtes de la Nativité et du bout de l’An, indique ce communiqué du Patriarcat Grec Melkite Catholique d’Antioche et de tout l’Orient d’Alexandrie et de Jérusalem. Le patriarche déplore le départ d’une vingtaine de familles.

Interrogé sur la situation qui prévaut en Egypte un an tout juste après le début du soulèvement de la place Tahrir, le patriarche a constaté que la situation semble calme avec « suffisamment de sécurité pour permettre une vie normale ou quasi normale tant le sentiment d’insécurité demeure. »

« La vie continue dans nos écoles, nos institutions, nos centres paroissiaux mais nous devons constater et accepter qu’une nouvelle vague de départ frappe notre communauté grecque-melkite d’Egypte. Nous déplorons en effet le départ d’une vingtaine de familles selon le témoignage des curés de paroisse ce qui est un chiffre très important pour une communauté déjà réduite à peine plus de 5.000 personnes », a ajouté Gregorios III avant de préciser : « Cette vague de départ frappe bien évidemment les communautés coptes catholiques comme orthodoxes et il y aurait, semble-t-il aussi, des départs chez les musulmans. Mais là il est impossible de vérifier et difficile de quantifier. Ils ont le nombre pour eux et donc les départs ne laissent pas le même vide qu’au sein des communautés chrétiennes. »

« Nous vivons l’aujourd’hui de Dieu maintenant comme demain. Nous gardons notre petit troupeau, nous l’aimons, nous le servons par notre pastorale, nos écoles et chacune de nos institutions. Le plus important est la pastorale qui est, avec les écoles, le pilier de la vie de notre Eglise » a affirmé le patriarche questionné sur l’avenir de son Eglise en Egypte pour qui il « ne peut faire aucun pronostic tant le sentiment d’incertitude est grand » en répétant « nous vivons l’aujourd’hui de Dieu ».

La visite annuelle du patriarche grec-melkite à son siège d’Alexandrie est toujours un séjour fécond en rencontres, visites pastorales et entretiens avec les chefs des autres Eglises comme avec les autorités musulmanes ou politiques. Cette année, vu la situation qui prévaut sur le terrain, les visites et les déplacements de Gregorios III en province ont été moins denses que les années précédentes. Il s’est rendu à Alexandrie et à Tanta mais a du supprimer la visite traditionnelle de Mansourah par exemple.

Gregorios III a participé aux cérémonies du Noël copte et a présenté ses vœux au patriarche copte orthodoxe Shénouda et au patriarche copte catholique le cardinal Antonios Naguib comme il a participé, d’une part, à la réunion annuelle de l’Assemblée de la Hiérarchie catholique d’Egypte présidée par le patriarche copte catholique. Et de l’autre à la mise en route d’une assemblée inter-chrétienne propre à l’Egypte pour permettre une meilleure coopération et une meilleure visibilité des Eglises d’Egypte. La première réunion de ce nouveau Conseil devrait avoir lieu le 21 février prochain.

Deux autres rencontres ont marqué ce séjour : celle avec cheikh Al-Azhar, Ahmed el-Tayeb et le secrétaire général de la ligue Arabe Nabil Al-Arabi.

Grégorios III a salué la publication par Al-Azhar des trois documents sur l’avenir de l’Egypte en particulier celui du 8 janvier 2012 qui affirme que l’Egypte est un pays chrétien et musulman et où sont confirmé la « liberté de la croyance, liberté de l'opinion et de l'expression, liberté de la recherche scientifique, liberté de la création » comme le dit le texte. Le patriarche a été heureux de constater que ses appels réitérés à écouter la rue, à comprendre ses slogans et ses appels ont été entendus justement dans ces documents du Azhar. Par ailleurs il espère que maintenant que Frères musulmans et Salafistes sont au pouvoir et que le nouveau parlement a commencé ses travaux, ils prendront une ligne plus modérée.

Lors de ses entretiens avec Nabil Al-Arabi, le patriarche a réitéré sa demande d’un sommet régional islamo-chrétien dans le but de créer une institution – secrétariat permanent,… - qui, sous forme d’un conseil permanent, travaille en parallèle et en étroite collaboration avec la Ligue arabe. L’idée et son concept ont été bien reçus par le secrétaire général de la Ligue arabe et Nabil Al-Arabi a promis d’y réfléchir.

Raboué, le 27 janvier 2012