Nouvelle campagne contre l’avortement

But : Un million de signatures pour faire pression sur les Etats membres de l’ONU

| 3197 clics

ROME, Mercredi 11 novembre 2009 (ZENIT.org) - Comme il y a un an, divers groupes internationaux battent de nouveau campagne pour récolter un million de signatures en faveur de la vie à naître et de la famille.

L'Institut de politique familiale, engagé dans cette campagne, a précisé à ZENIT, que l'objectif est de faire en sorte que les Etats membres de l'ONU reconnaissent que la déclaration des Droits de l'homme défend l'être humain contre l'avortement et reconnaît le mariage et le droit des parents à éduquer leurs enfants.

Les promoteurs de la campagne ont repris l'exemple de la communauté de Sant'Egidio qui avait réussi à récolter un million de signatures permettant de réclamer un moratoire de l'application de la peine de mort, qui a abouti, avec succès, à une résolution de l'ONU demandant l'abolition de la peine capitale.

La campagne de signatures en faveur de la vie à naître a vu le jour comme réaction à une tentative, l'année dernière, des mouvements pro-avortement de vouloir profiter du 60ème anniversaire de la Déclaration des droits de l'homme pour promouvoir le droit à l'avortement.

La première phase a permis de récolter près de 500.000 signatures, fait savoir un des groupes organisateurs de la campagne aux Etats-Unis, C-FAM.

Ces signatures ont été présentées à plusieurs ambassadeurs de l'ONU et durant une conférence de presse des Nations Unies diffusée dans tout le siège de l'organisation.

Les personnes intéressées à soutenir l'initiative peuvent signer la déclaration via Internet, par exemple sur la page du site www.c-fam.org/campaigns/lid.3/default.asp.

Parmi les organisateurs de la campagne figurent le C-FAM, Concered Women for America, United Families International, la Fédération polonaise de Mouvements Pro-vie et l'Institut de Politique Familiale, et plusieurs personnalités politiques.

Les organisateurs déplorent des pressions exercées sur l'ONU afin que l'avortement et le mariage entre homosexuels soient considérés des droits et l'organisation de campagnes de propagande homosexuelle dans les écoles de certains pays occidentaux, voire même contre la volonté des parents.

« Ceci est en contradiction directe avec ce que les rédacteurs de la Déclaration universelle ont voulu écrire, et dans ses accords, à valeur contraignante, promulgués en 1966 », soulignent-ils.

La pétition à signer, en 19 langues, rappelle que la Déclaration universelle est l'aboutissement d'un standard commun pour toutes les personnes et toutes les nations.

Elle indique ensuite qu'une juste considération doit être donnée au droit à la vie de chaque être humain, dès sa conception jusqu'à sa mort naturelle, et que chaque enfant a le droit d'être conçu, de naître et d'être éduqué dans sa famille, dont le fondement repose sur le mariage entre un homme et une femme.

Elle considère aussi la famille comme un groupe d'unité naturelle et fondamentale de la société, et le droit de chaque enfant d'être élevé par ses parents, qui ont la priorité et le droit fondamental de choisir le type d'éducation à donner à leurs enfants.

Anna Zaborska, slovaque et Carlo Casini, italien, parlementaires de l'Union européenne, ont conduit en Europe une campagne similaire à cette pétition pour la vie. Leurs demandes ont été remises au Parlement européen l'année dernière.