Nouvelle étape pour la béatification d'un père de famille italien

Uberto Mori, entrepreneur et apôtre de la télévision

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 483 clics

Nouvelle étape pour la cause de béatification d'un père de famille italien : le pape François reconnaît les "vertus héroïques" d'Uberto Mori (1926-1989), un ingénieur et entrepreneur italien de Modène, du tiers ordre franciscain.

Le pape a en effet accordé une audience au cardinal Angelo Amato, SDB, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le 12 juin. A cette occasion, il a ordonné la promulgation de 8 décrets relatifs à deux miracles et à l’héroïcité des vertus humaines et chrétiennes de 6 baptisés.

Le pape reconnaît ainsi que six baptisés ont vécu les vertus humaines et chrétiennes de façon « héroïque », en d’autre termes, en cohérence avec leur baptême. Parmi eux, un père de famille italien, deux prêtres italiens, une religieuse anglaise, une religieuse italienne et une laïque consacrée italienne, oblate bénédictine.

Un entrepreneur marial et "franciscain"

Le père de famille italien est Uberto Mori (1926-1989), un ingénieur, et entrepreneur italien de Modène.

En 1958, il rencontra Padre Pio qui le fortifia dans sa vie spirituelle, à l’école de saint François d’Assise, notamment dans son amour pour la Vierge Marie.

En 1967, il entrait dans le Tiers Ordre franciscain. Il soutiendra aussi les misisonnaires, notamment en Centrafrique contribuant au Village Ghirlandina.

Il participera aux Marches pénitentielles du 13 de chaque mois, de mai à octobre à Puianello. Nel 1974, à Puianello, il lance la fête de la consécration des enfants à la Vierge Marie, et le sanctuaire attirera de plus en plus de pèlerins.

Parmi ses autres engagements apostoliques, en 1980, il réalise “Antenna1”, une “télévision pour tous” pour annoncer l’Evangile.

Il soutiendra et lancera différentes oeuvres pour les enfants handicapés et pour les bénévoles des hôpitaux.

Vertus héroïques et miracles


Les autres futurs bienheureux – si un miracle peut être authentifié et attribué à leur prière -  sont :

-      un prêtre diocésain italien, Luigi Savarè (1878-1949) ;

-      un prêtre religieux italien, Eugenio Reffo (1843-1925), co-fondateur de la Congrégation de Saint-Joseph ;

-      une religieuse anglaise, Magdalen du Sacré-Coeur (1832-1900, au siècle, Frances Margaret Taylor), fondatrice des Pauvres Servantes de la Mère de Dieu ;

-      une religieuse italienne, Maria Giuseppa Scandola (1849-1903), des Missionnaires de la Négritude ;

-      une laïque consacrée italienne, Itala Mela (1904-1957), oblate bénédictine de l’abbaye romaine de Saint- Paul-hors-les-Murs.

Le pape François reconnaît aussi un miracle comme dû à la prière du père Louis-Edouard Cestac, prêtre français du XIXe s. (1801-1868), fondateur de la congrégation des Filles de Marie, et un miracle comme dû à la prière d’une religieuse italienne, Irene Stefani (1891 – 1930, au siècle, Aurelia Giacomina Mercedes), missionnaire de la Consolata.