Nouvelle évangélisation : apporter l’Evangile à l’homme d’aujourd’hui

Mgr Rino Fisichella sur Radio Vatican

| 1684 clics

 ROME, Mardi 26 octobre 2010 (ZENIT.org) - Il faut que l'Eglise soit « en mesure d'apporter l'Evangile de Jésus-Christ à l'homme d'aujourd'hui », a estimé Mgr Rino Fisichella, réagissant à l'annonce par Benoît XVI, de la tenue d'un prochain Synode, en 2012, sur le thème de la nouvelle évangélisation.

Intervenant sur Radio Vatican, le 25 octobre, le président du nouveau Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation a évoqué une « grande surprise » doublée d'une « joie profonde de savoir que le pape, en plus d'avoir institué il y a quelques semaines un nouveau Conseil pontifical (...) pense maintenant impliquer tout l'épiscopat du monde pour le Synode de 2012 ».

Evoquant le « désert » où vit l'homme contemporain, Mgr Fisichella a souligné combien « l'homme a besoin de Dieu ». Il est important de « faire comprendre de manière juste - dans une société de plus en plus sécularisée - le thème du rapport entre foi et raison », a-t-il poursuivi.

Inévitablement, il y a aussi « le thème important de la sécularisation ». Elle « ne touche pas seulement l'Eglise », a estimé le haut prélat. « La sécularisation comme phénomène touche la culture en premier lieu, et touche donc toutes les dimensions dont l'homme vit. C'est donc tout cela qui fait que la sécularisation est un phénomène qui doit être observé et étudié avec attention ».

Outre les pasteurs, il y aura beaucoup de laïcs et de personnes consacrées présentes à ce Synode, qui « donneront un apport positif », a encore affirmé Mgr Fisichella en rappelant l'importance des laïcs pour « transformer le tissu social, culturel, politique ».

« Nous devons être capables de trouver un dénominateur commun ; nous devons être capables de dépasser cette condition de fragmentation dont vit la culture contemporaine », a-t-il enfin observé.

« Je pense que le plus grand défi est justement celui-là : comment chercher à avoir un contenu homogène et donc, des contenus qui permettent d'exprimer dans des langages différents, dans des traditions différentes, dans des rites différents, dans des disciplines différentes, le centre unique de notre foi, celle de la foi en Jésus mort et ressuscité ».