"Novemdialia" : neuvaine de prière pour le défunt pontife romain

| 1843 clics

ROME, Dimanche 10 avril 2005 (ZENIT.org) – Les "Novemdialia", la neuvaine de prière pour le défunt pontife romain a commencé par les funérailles du pape Jean-Paul II, place Saint-Pierre, vendredi dernier, 8 avril.



Dans son testament (cf. ZF050407), le pape demandait expressément, le 5 mars 1990, et il a confirmé par la suite cette requête : « Après ma mort je demande des Messes et des prières ».

Chaque jour une messe est ainsi dite à 17 heures en la basilique vaticane. Elle a été présidé, samedi, par le cardinal Francesco Marchisano, archiprêtre de la basilique vaticane, en présence du clergé et des fidèles de la Cité du Vatican, et ce dimanche par le cardinal vicaire, Camillo Ruini, en présence du clergé et des fidèles de Rome.

Le cardinal Marchisano a, entre autres, témoigné comment il a été guéri à la suite d’une parole et d’un geste du pape.

Le cardinal Camillo Ruini a rappelé tout ce que le pape Jean-Paul II a fait pour son diocèse : les malades et les prisonniers, son clergé – avec lequel il pouvait plaisanter dans leur dialecte « romanaccio » en les exhortant à la sainteté et non au « carriérisme » -, ses séminaires, ses paroisses (il en a visité 301 sur 332, dont 16 ont été reçues au Vatican, alors que le pape ne pouvait plus se déplacer, et 16, disait le cardinal Ruini, sont maintenant visitées par lui du ciel) -.

Il a souligné deux événements particulièrement importants voulus par Jean-Paul II, le synode diocésain (1987-1993) et la Mission dans la ville (lancée le 8 décembre 1995) en préparation au Grand jubilé.

Il a particulièrement remercié la Pologne d’avoir donné au monde un tel pape : à ses côtés concélébrait le cardinal Francizek Macharski, archevêque de Cracovie.

Quelque trois mille personnes assistaient à la messe de ce dimanche, en présence d’autorités de la ville et de l’Etat. La liturgie était animée par le chœur et l’orchestre du diocèse dirigé par Mgr Marco Frisina.

Les services funèbres sont ainsi célébrés pendant neuf jours consécutifs pour le repos de l'âme du Pape. L'Ordo de 1998 prévoit trois formulaires de messes, avec un choix abondant de lectures bibliques.

La messe de chaque jour est assurée, à tour de rôle, en fonction de leur lien avec le défunt pontife, par la Chapelle papale, c'est-à-dire l'ensemble des cardinaux, évêques, prélats, officiers et dignitaires, ecclésiastiques, religieux et laïcs, normalement présents aux célébrations liturgiques solennelles présidées par le Pape (1er, 5e et 9e jour, soit, vendredi 8, mardi 12, samedi 16 avril), les fidèles de la Cité du Vatican (2e jour, samedi 9 avril), l'Eglise de Rome (3e jour, dimanche 10 avril), les chapitres des basiliques patriarcales (4e jour, lundi 11 avril), la Curie romaine (6e jour, mercredi 13 avril), les Eglises orientales (7e jour, jeudi 14 avril), les instituts de Vie consacrée (8e jour, vendredi 15 avril).

Ces dispositions de « l’ordo » liturgique sont prises à la demande de la constitution « Universi Dominici Gregis (n. 13 e 27).

L’ordo explique que cette « variété » d’assemblées manifeste d’une certaine façon « le milieu du ministère suprême de pasteur suprême » ainsi que « l’universalité de l’Eglise de Rome » (Ordo Exsequiarum Romani Pontifici, n. 133).

Mais la célébration n’en est pas moins chaque jour ouverte à tous. En ce temps de Pâques, le vêtement liturgique sacerdotal est de couleur blanche, espérance de la résurrection.

« Reste avec nous, Seigneur », chantait le chœur, en écho à l’Evangile des disciples d’Emmaüs. « Reste avec nous, Saint Père », demandait le cardinal Ruini dans son homélie en hommage et en suffrage pour Jean-Paul II.