Oecuménisme : pas d'autre alternative que de poursuivre l'unité

Le patriarche Bartholomaios évoque sa rencontre avec le pape en Terre Sainte

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 408 clics

Les chrétiens n'ont « pas d'autre alternative que de poursuivre ce chemin de réconciliation et d'unité », estime le patriarche Bartholomaios qui se réjouit du « beau pas en avant » qu'il accomplira avec le pape François dans les prochains jours.

À la veille du départ du pape pour la Terre Sainte (24-26 mai), le patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomaios Ier, évoque leur rencontre, cœur du pèlerinage, dans l'édition de L’Osservatore Romano du 24 mai 2014.

Il n'y a pas d'autre alternative

Pour le patriarche, « il ne fait aucun doute que la rencontre historique entre nos vénérables prédécesseurs, le patriarche œcuménique Athénagoras et le pape Paul VI (1964) a marqué un nouveau départ dans les relations entre le catholicisme romain et l’orthodoxie ».

Ce fut « un point de départ extraordinaire pour le long chemin de réconciliation et de dialogue », un chemin « que l’on ne peut désormais plus arrêter » : « nous n'avons pas d'autre alternative que de poursuivre ce chemin de réconciliation et d'unité. Toute autre voie serait une trahison honteuse de la volonté du Seigneur et un retour inacceptable à notre passé séparé ».

Si « l’objectif de l’unité des chrétiens » n'est pas atteint, cependant « nous avons appris à nous pardonner les uns les autres pour les erreurs et la méfiance du passé, et nous avons accompli des pas importants vers le rapprochement et la réconciliation... L’esprit d’amour fraternel et de respect mutuel a pris la place des vieilles polémiques et du soupçon », souligne-t-il.

Maintenant « est venu le moment d’avancer, et avec le pape François nous ferons précisément un beau pas en avant ». Il voit dans cette prochaine rencontre « un événement d’une grande importance » car « aujourd’hui, plus encore qu’il y a cinquante ans, il y a un besoin urgent de réconciliation ».

Un appel au dialogue pour tous

La rencontre du pape et du patriarche sera « un premier pas... une affirmation de notre désir d’augmenter nos efforts en faveur d’une réconciliation chrétienne et pacifique ». Elle manifestera aussi « notre disponibilité et responsabilité communes pour progresser sur le chemin préparé par nos prédécesseurs », ajoute le patriarche.

« En tant que responsables ecclésiastiques et spirituels, nous nous rencontrerons donc pour lancer un appel et une invitation à toutes les personnes, quelles que soient leur foi et leurs vertus, à un dialogue qui, au fond, est tourné vers la connaissance de la vérité du Christ, afin de goûter la joie immense qui accompagne notre rencontre avec lui », déclare-t-il.

Concrètement, c'est un appel à « combler la distance intérieure qui nous sépare les uns des autres » pour rejoindre « l’unité de tous dans le Christ, qui est véritable plénitude d’amour et de joie », conclut-il.

Avec une traduction de Constance Roques