Office de la Passion : Benoît XVI dévoile et vénère la croix

Un grand silence enveloppe la célébration

| 1964 clics

ROME, Vendredi 22 avril 2011 (ZENIT.org) - « Voici le bois de la Croix »: Benoît XVI chante en latin : « Ecce lignum Crucis ». Le chantre répond : « Sur lequel a été suspendu le Salut du monde » - « In quo Salus mundi pependit ». Et la schola invite à la vénération : « Venite adoremus ». Le diacre, en dalmatique rouge et or, découvre un peu davantage le crucifix voilé de rouge. Puis c'est le silence.

Benoît XVI a présidé, cet après midi, à 17 h, en la basilique vaticane l'Office de la Passion.

Le premier, Benoît XVI, ses vêtements liturgiques déposés, monte à l'autel de la confession et vient s'agenouiller et vénérer le Crucifix. La schola chante: « Que t'ai-je fais ô mon Peuple ? » Benoît XVI rejoint son trône, face à la fameuse statue de saint Pierre.

Des cardinaux, des évêques, des prêtres et des représentants du corps diplomatique et des fidèles laïcs ont ensuite a leur tour vénéré la croix.

Après le long récit de la Passion et l'homélie du prédicateur de la Maison pontificale, le P. Raniero Cantalamessa, Capucin - qui vient à son tour vénérer la Croix -, après la grande intercession pour le monde typique de la liturgie du grand Vendredi, le silence s'établit dans la basilique papale.

Dans son homélie, le P. Cantalamessa a invité à faire mémoire des martyrs de notre temps, notamment des sept moines trappistes de Notre-Dame de l'Atlas. Il a souligné que la catastrophe qui a frappé le Japon n'est pas une « punition » de Dieu, mais qu'elle représente cependant pour le monde entier un « avertissement ».

On n'entend plus que les pas sur les marbres, atténués autour de l'autel par la laine des tapis solennels. Puis la schola reprend sa lamentation et murmure l'espérance : « Doux bois qui porte le Sauveur », « grande victoire », « grand triomphe »: « le Rédempteur du monde a été tué et il a été vainqueur », « remède au mal de l'arbre antique ». Elle chante la fidélité du Christ crucifié: « Crux fedelis ».

Puis c'est l'ostension de la Croix que le pape présente en silence au peuple de Dieu rassemblé dans la basilique. L'assemblée adore ensuite la sainte réserve eucharistique mise à part hier soir, après la messe de la Cène du Seigneur, et que l'on apporte du reposoir à l'autel. Elle se prépare à communion au Corps du Christ en chantant le « Notre Père » en latin.

Pas de messe en effet le Vendredi Saint, mais la communion sacramentelle, au cours de la liturgie de la Passion. Et le Samedi Saint, a-liturgique, sera enveloppé d'un grand silence en attendant le chant de l'Exultet et l'annonce de la résurrection du Christ, Premier né d'entre les morts.

Ce soir, à 21 h 15, Benoît XVI présidera la Via Crucis au Colisée. Les méditations ont été confiées à Mère Maria Rita Piccione, du monastère augustin des Quatre Saints Couronnés, à Rome. Demain, il présidera la veillée pascale à 21 h. Et dimanche, la messe de Pâques, à 10 h 15, puis la prière mariale du Regina Caeli, et, à 12 h, le Message de Pâques et la bénédiction Urbi et Orbi.

Cette bénédiction confère, rappelons-le, même pour les personnes à l'écoute de la radio ou de la télévision, l'indulgence plénière aux conditions habituelles prévues par l'Eglise, notamment de communion et de réconciliation sacramentelle, et de prière aux intentions du pape. Les célébrations sont re-transmises en mondiovision.

Anita S. Bourdin