"On ne peut pas considérer que le rite dit de Saint Pie V soit éteint"

Le cardinal Hoyos préside la messe dans le rite pré-conciliaire

| 1436 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 25 mai 2003 (ZENIT.org) - Le cardinal Dario Castrillon Hoyos a célébré la messe selon le rite de saint Pie V, samedi 24 mai après-midi, en la basilique Sainte-Marie Majeure, qui abrite le tombeau de saint Pie V.



C'est la première fois depuis trente ans qu'un cardinal célébrait la messe latine, le dos au peuple, comme c'était la coutume avant la réforme conciliaire, dans une basilique romaine. Le cardinal répondait ainsi au vœu de fidèles attachés à cette tradition qui voulaient honorer le Saint-Père à l'occasion de ses 25 ans de pontificat. Le cardinal a lu un communiqué du cardinal secrétaire d'Etat Angelo Sodano, qui faisait parvenir la bénédiction de Jean-Paul II à tous les fidèles.

"On ne peut pas considérer que le rite dit de Saint Pie V soit éteint, et l'autorité du Saint-Père a exprimé son accueil bienveillant envers les fidèles qui, tout en reconnaissant la légitimité du rite romain renouvelé selon les indications du Concile Vatican II, restent attachés au rite précédent et y trouvent une nourriture spirituelle solide dans leur chemin de sanctification", disait le cardinal, président de la commission pontificale "Ecclesia Dei" et préfet de la congrégation pour le Clergé, dans son homélie en italien.

"Ce qui unit la diversité de ces rites, c'est la même foi dans le mystère eucharistique, dont la profession a toujours assuré l'unité de l'Eglise, sainte, catholique et apostolique", soulignait le cardinal.

Cinq archevêques émérites assistaient à la célébration, les cardinaux Bernard F. Law (Etats-Unis), archevêque émérite de Boston, William W. Baum (Etats-Unis), pénitenciaire majeur émérite, Jorge Arturo Medina Estévez (Chili), préfet émérite de la congrégation pour le culte divin, Alfons Maria Stickler (Autriche), archiviste et bibliothécaire émérite de la Sainte Eglise romaine, Armand Gaétan Razafindratandra (Madagascar), archevêque émérite d'Antananarive, ainsi que le président du conseil pontifical pour l'Interprétation des textes législatifs, Mgr Julián Herranz.

Les fidèles "traditionalistes" en pèlerinage à Rome venaient surtout de France, d'Allemagne, de Suisse, d'Italie, d'Angleterre, des Etats-Unis et d'Australie.

La messe à été précédée de la prière du chapelet, à 15 h 30, en cette année du Rosaire, et en cette fête de Marie Auxiliatrice.

Ce fut en effet le pape saint Pie V (1566-1572) qui introduisit dans les litanies de Lorette l'invocation de "Marie Auxiliatrice" après la victoire de Lépante sur les Turcs.