ONU: Eradiquer la pauvreté, en cherchant le bien des personnes

Intervention de Mgr Renato Martino

| 440 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 14 octobre 2001 (ZENIT.org) - Eradiquer la pauvreté au niveau international, suppose de chercher le bien des personnes.



Mgr Renato Martino, Observateur permanent du Saint-Siège à l´ONU, est intervenu le 12 octobre lors de la LVIe session de l´assemblée générale des Nations Unies sur le thème de l´éradication de la pauvreté.

L´être humain, disait en substance le représentant du Saint-Siège, est au centre de la recherche d´un développement durable. Ce principe, rappelait Mgr Martino, avait été affirmé par la conférence de Rio de Janeiro.

On ne peut parler de développement économique et social, et de protection de l´environnement, expliquait l´archevêque, sans tenir compte des autres maux dévastateurs que sont le sida, les conflits armés, le nombre énorme des réfugiés, et l´incapacité de fournir à tous les services sociaux de base.

Pour cette lutte contre la pauvreté, Mgr Martino soulignait en outre qu´il fallait s´appuyer non sur les chiffres, mais sur les vies et sur le bien-être de centaines de millions de personnes qui vivent dans la pauvreté. Il faisait en effet observer que, tandis que les statistiques parlent d´une diminution de l´état de misère, le nombre réel des personnes vivant dans la pauvreté absolue n´a pas diminué.

Pourtant, le représentant du Saint-Siège reconnaissait les efforts accomplis pour chercher des solutions. Il souhaitait que "les gouvernements continuent le dialogue", en espérant "une solution réelle et durable".

Le Saint-Siège, disait son représentant à l´ONU, accueille favorablement la décision de la commission pour le développement social d´examiner les progrès accomplis dans la première décennie des Nations Unies pour l´éradication de la pauvreté.

Ce thème, ainsi que le rapport présenté par le secrétaire général de l´assemblée doivent, recommandait Mgr Martino, être examinés avec le "rapport sur la situation sociale du monde". En effet, ce rapport invite à créer une société plus juste et plus équitable, en appelant à diminuer le fossé existant entre riches et pauvres.