ONU : « L'Holocauste par balles: dévoiler la réalité du génocide »

Table-ronde à New-York avec l'association « Yahad-In Unum »

| 1261 clics

ROME, mercredi 7 novembre 2012 (Zenit.org) – « L’Holocauste par balles: dévoiler la réalité du génocide » : c’est le thème d’une table-ronde organisée en partenariat avec Yahad-In Unum (YIU) et le Programme de Communication des Nations Unies sur l’holocauste, ce mercredi 7 novembre 2012, à New York, à l’occasion du 74e anniversaire de la « Nuit de cristal ».

Directeur du Service national des évêques de France pour les relations avec le judaïsme et consulteur de la commission du Saint-Siège pour les relations religieuses avec le judaïsme, le P. Patrick Desbois, prêtre catholique français et président de l'association « Yahad-In Unum », a présenté le résultat de ses recherches sur le sort des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le P. Desbois a consacré de nombreuses années de sa vie à rétablir la vérité sur les différentes fusillades systématiques qui ont eu lieu pendant l’Holocauste, ce que l’on a appelé la « Shoah par balles ».

Paul A. Shapiro, du « United States Holocaust Memorial Museum », Karen Mosoti, de la Cour pénale internationale (CPI), et Gillian Kitnley, du Bureau de la prévention du génocide et de la responsabilité de protéger, sont également intervenus.

La table-ronde a été ouverte par Peter Launsky-Tieffenthal, Secrétaire général adjoint à la communication et à l’information.  Le Représentant permanent adjoint de la France aux Nations-Unies, Martin Briens, est également intervenu au cours de cet évènement qui sera modéré par Pamela Falk, Correspondante de CBS News à l’ONU.

Organisée par le Programme de communication sur l’Holocauste et les Nations Unies, la table-ronde a eu lieu de 18 h 30 à 20 h 30 dans la salle du Conseil économique et social (ECOSOC).

Yahad-In Unum (YIU) est le principal centre de recherche sur les exécutions de Juifs et de Roms en Europe de l’Est entre 1941 et 1944.  Son fondateur, le Père Desbois et son équipe se sont rendus dans de nombreux villages du Bélarus, de la République de Moldavie, de Pologne, de Roumanie, de la Fédération de Russie et d’Ukraine pour y interviewer quelque 3 000 témoins.  À ce jour, YIU a identifié 800 lieux d’extermination.