ONU : Pour une mondialisation au profit des personnes, objectif du Millénaire

Le Saint-Siège défend la condition des femmes et des enfants pauvres

| 428 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 9 octobre 2003 (ZENIT.org) - Le Saint-Siège encourage la mise en œuvre des « Objectifs de développement du Millénaire » pour une « mondialisation au service des personnes ». Mgr Migliore a plaidé notamment pour la condition des femmes et des enfants des pays les plus pauvres.



Mgr Celestino Migliore, Observateur permanent du Saint-Siège près les Nations Unies, est intervenu dans ce sens aux Nations Unies, à New York, jeudi 9 octobre, sur le Thème 60 du programme: « Point sur les résultats du Sommet du Millénaire », en relation avec le sommet qui s’est tenu les 6-8 septembre 2000 au siège de l'ONU, indique aujourd’hui le Vatican Information Service qui propose une synthèse de l’intervention de Mgr Migliore.

« Le travail destiné à atteindre les Objectifs de développement du Millénaire (« MDGs »), déclarait Mgr Migliore, tend à la mondialisation de l'éthique, de l'égalité, de l'intégration, de la sécurité des personnes, en vue d'un progrès durable ».

Pour Mgr Migliore, ces objectifs ne peuvent être atteints « que si l'on respecte la défense et le recours aux ressources humaines, communautaires et de l’environnement ».

L’objectif fondamental est en effet, observait le représentant du Saint-Siège, que « la mondialisation se fasse au profit des personnes et pas seulement en vue d'obtenir des avantages matériels toujours plus grands ».

A propos des Objectifs de développement du Millénaire, Mgr Migliore soulignait leur urgence en disant : « Il s'agit de notre avenir immédiat, et par conséquent de celui des enfants ».

Il rappelait qu'en 1946 l'Assemblée générale de l'ONU avait créé l'UNICEF, le Fonds international de l'ONU pour les Urgences de l'Enfance. Or, aujourd'hui le mot « urgences » a été remplacé par « éducation », observait Mgr Migliore en rappelant qu’il y a urgence « lorsque des enfants sont maltraités, lorsque leurs droits sont bafoués, leurs besoins mis de côté ».

Mgr Migliore a dénoncé « la féminisation de la pauvreté et certaines formes de marginalisation qui privent le genre humain d'immenses ressources », mais aussi les « difficiles conditions de la paix », « l'augmentation dramatique du trafic d'êtres humains, de femmes et d'enfants principalement », « les crimes liés à la drogue », « la dégradation continuelle de l'environnement, devenu une urgence silencieuse », comme autant de défis pour le millénaire et pour les Nations Unies.