Ordination illégitime en Chine: Note de la Doctrine de la foi

Les chrétiens doivent « regarder l'avenir avec confiance »

| 1039 clics

ROME, mardi 10 juillet 2012 (ZENIT.org) – La Congrégation pour la doctrine de la foi publie une note en réponse à l’ordination illégitime du P. Joseph Yue Fusheng, le 6 juillet 2012, rappelant les sanctions encourues (cf. Zenit du 4 juillet 2012).

Le dicastère remercie par ailleurs les fidèles qui ont prié et jeûné ces derniers jours, « pour la sainteté des évêques et pour l’unité de l’Eglise en Chine » et encourage à « regarder l’avenir avec confiance, fortifiés par la certitude que l’Eglise est fondée sur le roc de Pierre et de ses successeurs ».

Note de la Congrégation pour la doctrine de la foi:

Sur l’ordination épiscopale du P. Joseph Yue Fusheng, advenue à Harbin (province de Heilongjiang) le vendredi 6 juillet 2012, on précise ce qui suit:

l) Le P. Joseph Yue Fusheng, ordonné sans mandat pontifical et donc illégitimement, encourt automatiquement les sanctions prévues par le canon 1382 du Code de droit canonique. Par conséquent, le Saint-Siège ne le reconnaît pas comme évêque de l’administration apostolique de Harbin, et il est privé de l’autorité de gouverner les prêtres et la communauté catholique de la province de Heilongjiang.

Le P. Yue Fusheng a été informé depuis longtemps qu’il ne pouvait pas être approuvé par le Saint-Siège comme candidat épiscopal, et il lui avait été demandé à plusieurs reprises de ne pas accepter l’ordination épiscopale sans mandat pontifical.

2) Les évêques qui ont pris part à l’ordination épiscopale illégitime et se sont exposés aux sanctions prévues par la loi de l’Eglise, doivent rendre compte au Saint-Siège de leur participation à la cérémonie religieuse.

3) Les prêtres, les personnes consacrées et les fidèles laïcs qui ont prié et jeûné pour le repentir du P. Yue Fusheng, pour la sainteté des évêques et pour l’unité de l’Eglise en Chine, en particulier dans l’administration apostolique de Harbin, sont très appréciés.

4) Tous les catholiques en Chine, pasteurs, prêtres, personnes consacrées et fidèles laïcs, sont appelés à défendre et à sauvegarder ce qui appartient à la doctrine et à la tradition de l’Eglise. Même dans les difficultés présentes, qu’ils regardent l’avenir avec confiance, fortifiés par la certitude que l’Eglise est fondée sur le roc de Pierre et de ses successeurs.

5) Confiant dans le désir réel des autorités du gouvernement chinois de dialoguer avec le Saint-Siège, le Siège apostolique souhaite que ces autorités ne favorisent pas des gestes contraires au dialogue. Les catholiques chinois aussi attendent des pas concrets dans le même sens, d’abord et avant tout en évitant les célébrations illégitimes et les ordinations épiscopales sans mandat pontifical, qui créent la division et font souffrir les communautés catholique en Chine comme dans l’Eglise universelle.

L’ordination du P. Taddeo Ma Daqin comme évêque auxiliaire du diocèse de Shanghai, advenue samedi 7 juillet 2012, est appréciée et c'est un encouragement. La présence d’un évêque qui n’est pas en communion avec le pape, était inopportune et montre un manque de sensibilité devant une ordination épiscopale légitime.

© Libreria editrice vaticana

Traduction de Zenit, Anne Kurian