Ordre de Malte: aider toutes les personnes, sans distinction

900 ans de la fondation, rencontre avec Benoît XVI

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1438 clics

"Indépendant" et "apolitique", l’Ordre de Malte a pour vocation d’ "aider toutes les personnes, sans distinction", indique Jean-Pierre Mazery.

Les 900 ans de la fondation de l’Ordre souverain militaire de Malte attirent à Rome quelque 4 000 membres et bénévoles du monde entier, indique un communiqué de l’Ordre. Demain, samedi, 9 février, ils seront reçus par Benoît XVI au Vatican, au terme d’une messe célébrée en la basilique Saint-Pierre par le cardinal Secrétaire d’État Tarcisio Bertone.

Les célébrations ont commencé le 7 février et se prolongeront pendant une semaine.  Elles ont été présentée le 6 février à Rome, au siège de la Presse étrangère, par les responsables de l’Ordre.

Il s’agit de célébrer les 900 ans de la bulle du pape Pascal II “Pie Postulatio Voluntatis » qui fondait l’Ordre en le plaçant sous la protection du Saint-Siège, et en brossait le portrait spirituel et institutionnel.

Pascal II a reconnu à l’Ordre « le droit absolu d’assurer la continuité de son œuvre en élisant, le moment venu, un successeur à son fondateur le Bienheureux Gérard ».

Aider toutes les personnes, sans distinction

“Aujourd’hui, en plus de célébrer notre histoire, nous regardons le présent et le futur”, a indiqué Jean-Pierre Mazery, Chef de l’Exécutif et Ministre des Affaires Étrangères de l’Ordre Souverain de Malte, lors de son intervention.

Et d’ajouter : “Nos projets humanitaires et d’assistance médico-sociale répondent aux besoins d’hommes et de femmes touchés par les guerres, les catastrophes et  les épidémies et aident ceux qui souffrent, même en Occident, de sous-développement et de pauvreté, à cause de la dernière crise financière ».

Il a souligné la nature « indépendante » et « apolitique » de l’Ordre, ce qui lui permet d’être un médiateur dans les conflits armés et civils en expliquant : “Nous ne dépendons de personne, nous n’avons pas de territoires à défendre, nous ne prenons pas position dans les conflits. Nous agissons pour aider toutes les personnes, sans distinction de nationalité, de race ou de religion”.

“Je pense aux dix centres médicaux que nous gérons au Liban en collaboration avec d’autres confessions religieuses ou encore à l’Hôpital de la Maternité de Bethléem”, a précisé Jean-Pierre Mazery.

Syrie, Congo et « nouveaux pauvres »

Albrecht Boeselager, ministre de la Santé et de la Coopération internationale de l’Ordre a indiqué la Syrie et le Congo comme des priorités en disant : “La Syrie, le Congo et les nouveaux pauvres font actuellement partie de nos priorités”.

“En Syrie, a-t-il fait observer, notre préoccupation est celle d’assurer une assistance aux réfugiés en Turquie et au Liban, et de les aider à passer l’hiver”.

En République Démocratique du Congo (RDC), “la violence sexuelle est devenue un instrument de guerre, à un niveau jamais atteint auparavant dans le reste du monde”, a-t-il déploré ce qui indique une « urgence humanitaire ».

En RDC en effet, l’Ordre de Malte « assure une assistance médicale, psychologique et sociale aux nombreuses victimes d’agressions sexuelles en les aidant à se réinsérer dans la société », souligne le communiqué.

Autre priorité : les “nouveaux pauvres”. En Europe, par exemple, du fait de la crise, le nombre de chômeurs a franchi le seuil des 26 millions, ce que Albrecht Boeselager décrit ainsi : “Le chômage croît, les fonds sociaux diminuent et les sans-abri sont toujours plus nombreux. En Europe de l’Est la situation est encore pire car les retraites y sont inférieures”.

Les séismes en Italie

Pour ce qui est de l’Italie, l’Ordre de Malte y assure des services d’urgence et de Protection civile, grâce au corps italien de secours de l’Ordre de Malte (Cisom) formé par plus de 3.500 volontaires dirigés par Mauro Casinghini.

L'Ordre est intervenu lors du débarquement de milliers d’immigrés sur l’île italienne de Lampedusa, relais naturel entre l’Afrique du Nord et la péninsule, ou lors les tremblements de terre de l’Aquila (6 avril 2009, 308 morts, quelque 1200 blessés, 25 000 déplacés) et de l’Émilie-Romagne (20 et 29 mai 2012, 27 morts, des centaines de blessés, plus de 10 000 déplacés).

“Nous avons géré un camp d’accueil pendant plus de cinq mois dans un contexte multiculturel, dans le plein respect de la tradition d’accueil de l’Ordre”, a expliqué Mauro Casinghini pour ce qui est de l’ Émilie-Romagne.